Bilan

Barry Callebaut plombé par la morosité du marché du cacao

Le groupe zurichois Barry Callebaut, premier fabricant mondial de chocolat pour l'industrie alimentaire, a dévoilé mercredi un bénéfice net en baisse malgré des ventes en hausse.

Les zone géographiques couvertes par Barry Callebaut affichent des évolutions plutôt favorables, du moins supérieures au marché.

Crédits: Keystone

Barry Callebaut a bouclé son exercice 2015/16 en demi-teinte, avec une évolution décevante des volumes écoulés au quatrième trimestre. L'abandon de contrats non-rentables a pesé sur la performance du négociant en cacao et produits transformés. Le groupe zurichois ne se départit toutefois pas de son optimisme malgré un bénéfice en recul marqué: les objectifs ont été confirmés et le dividende relevé.

La performance de l'exercice décalé, clos à fin août, s'est inscrite largement en dessous des attentes du consensus AWP. Le bénéfice net, qui a plongé de 8,7% sur un an à 219 mio CHF, fait exception. En monnaies locales (ML), cet indicateur a reculé de 5,1%. Le dividende, proposé à 15,50 contre 14,50 auparavant, dépasse également les prévisions des analystes sollicités.

La baisse du résultat net s'explique par une charge fiscale alourdie et des coûts uniques liés à l'émission d'un emprunt, a indiqué Barry Callebaut mercredi.

En termes de déception, la croissance des volumes retient l'attention. La progression s'est élevée à 2,2%, à 1834,2 mio de tonnes. Les analystes l'attendaient à 2,9%. L'activité globale liée au cacao, considérée comme une zone géographique à part entière, a subi une chute de 12%, suite à la non reconduction de contrats non-rentables. a assuré le directeur général (CEO) Antoine de Saint-Affrique.

Demande intérieure nécessaire

"Nous avons bien avancé dans ce processus", a assuré le directeur général (CEO) Antoine de Saint-Affrique lors d'une conférence téléphonique. "Nous devons encore accomplir un quart du chemin avant de retrouver des ratios de croissance stables." Le processus de réhabilitation des activités cacao est toutefois conditionné à une forte demande interne de la division chocolat, a ajouté le directeur financier (CFO) Victor Balli. Pour ce dernier, la vente à des tiers ne permettra qu'une croissance limitée.

Le chiffre d'affaires s'est enrobé de 7,0% à 6,68 mrd CHF, selon le communiqué. La progression en monnaies locales atteint 8,8%.

L'excédent d'exploitation (Ebit) s'est fixé à 219,0 mio, soit une baisse de 5,2% en francs ou 2,0% en ML. Le ratio combiné cacao (RC) a connu une amélioration. Cet indicateur est calculé sur la différence entre le prix de vente des produits transformés et le cours d'achat des fèves de cacao. Lors de l'exercice 2014/15, celui-ci avait pesé à hauteur de 40 mio CHF sur l'excédent d'exploitation (Ebit). "Pour cette année, nous constatons une hausse du RC, surtout au deuxième trimestre", a considéré le CFO.

Le flux de trésorerie libre s'est fixé à 404,0 mio CHF, contre 21,8 mio pour l'exercice précédent.

Le niveau élevé du taux de distribution aux actionnaires pour 2015/16, fixé à 39% contre 35% en moyenne les années précédentes, témoigne de la confiance des dirigeants en l'avenir, a soutenu M. Balli.

Supérieur au marché

Les zone géographiques couvertes par Barry Callebaut affichent des évolutions plutôt favorables, du moins supérieures au marché. Le seul bémol est à mettre au compte de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (Emea), dont l'Ebit en francs a stagné.

La région Amériques affiche une progression des volumes, des ventes et de la rentabilité supérieure à 5%. La partie méridionale du continent a fortement contribué à ce résultat, en termes de volumes. La croissance dépasse les 10% en Asie. Cet apport est toutefois à relativiser au regard de l'importance de ce marché pour Barry Callebaut.

Le négociant en cacao maintient ses prévisions à trois ans, à savoir une croissance moyenne des volumes de 4 à 6% et une progression de l'Ebit en monnaies locales supérieure à celle des volumes, selon le communiqué.

Outre le dividende, les actionnaires devront élire un nouveau président lors de l'assemblée générale du 7 décembre. Comme attendu, l'actuel vice-président Patrick De Maeseneire est proposé à ce poste, en remplacement du titulaire Andreas Jacobs, qui ne se représente pas.

La volée de chiffres et l'optimisme affiché par les dirigeant semblent contagieux pour les investisseurs. Vers 14h15, le titre Barry Callebaut prenait 0,7% à 1236 CHF, dans un SPI en hausse de 0,25%.

Les analystes réservent un bon accueil à cette performance annuelle. La Banque cantonale de Zurich (ZKB) s'attend à voir le résultat encore progresser à l'avenir. Vontobel nuance en pointant du doigt le niveau des volumes, mais aussi la baisse de l'Ebit par tonne. Le flux de trésorerie libre semble en revanche au goût de l'analyste de la banque de gestion zurichoise.

Helvea Baader salue la bonne visibilité sur 12 mois au niveau de la croissance des volumes et de la rentabilité. Le titre devrait rester attrayant sur le long terme, selon le courtier genevois.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."