Bilan

Barbie, de Mattel, toujours à la peine

Le fabricant de jouets américain Mattel, qui commercialise notamment la célèbre poupée Barbie, a enregistré des résultats en baisse au 1er trimestre qu'il a en partie attribués à la force du dollar.

Les ventes de Barbie se sont montrées stables à devises constantes mais ont reculé de 8% une fois les effets de change pris en compte.

Crédits: AFP

Le fabricant de jouets américain Mattel, qui commercialise notamment la célèbre poupée Barbie, a enregistré des résultats en baisse au 1er trimestre qu'il a en partie attribués à la force du dollar.

Mattel a subi une perte nette de 73 millions de dollars comparée à une perte de 58 millions sur la même période l'année dernière.

Le chiffre d'affaires de 869,4 millions de dollars est en recul de 6% (-2% à devises constantes), supérieur aux attentes des analystes qui étaient de 861 millions.

La perte par action ajustée, la référence à Wall Street, est de 13 cents, supérieure aux attentes qui étaient de -7 cents.

Les ventes de Barbie se sont montrées stables à devises constantes mais ont reculé de 8% une fois les effets de change pris en compte alors que celles de Fisher-Price ont progressé respectivement de 9% et 3% et celles de Hot Wheels (voitures miniatures) de 11% et 4%.

Suite à l'annonce de ces résultats après la clôture de la séance boursière officielle, le titre de Mattel chutait de 7,02% à 30,72 dollars dans les échanges électroniques vers 22h10 GMT.

La perte d'exploitation ajustée s'est établie à 36 millions de dollars, pour 14,6 millions un an plus tôt.

Mattel a notamment rappelé lors d'une conférence téléphonique avec les analystes qu'il avait perdu la licence des ventes des effigies de la série "Princesse" de Disney à la fin 2015 et qu'il était satisfait, dans ses conditions, d'avoir pu maintenir la stabilité de ses ventes alors que ce produit en représentait environ 10%.

Mattel avait annoncé pour son produit vedette le lancement de plusieurs nouveautés en 2014 et 2015, dont une Barbie parlante et une déclinaison de la célèbre poupée, lancée en 1959, dans des nouvelles versions, "ronde", "petite" ou "grande".

Mais ces produits ne semblent pas être parvenus à dynamiser les ventes même si Mattel a indiqué mercredi qu'il maintenait ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

Richard Dickson, le directeur-exécutif, s'est toutefois félicité de la bonne progression des ventes des produits Barbie aux Etats-Unis tout en soulignant que "Mattel n'est pas seulement l'histoire de Barbie".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."