Bilan

Bâloise enregistre un bénéfice net en hausse de 4%

Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende amélioré de 0,25 CHF par titre, à 4,75 CHF.

Pour l'année en cours, le retour sur investissement visé s'inscrit entre 8 et 12%.

Crédits: Keystone

L'assureur Bâloise a dégagé en 2013 un bénéfice attribuable aux actionnaires de 452,6 millions CHF, en hausse de 4%, pour un volume de primes porté par les activités vie en progression de 7% à 7,23 milliards CHF. Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende amélioré de 0,25 CHF par titre, à 4,75 CHF, a-t-il annoncé mardi.

Le ratio combiné s'est dégradé de 0,8 point de pourcentage à 94,9%, précise le rapport. Fin décembre, les fonds propres atteignaient 4,91 milliards CHF, en augmentation de 1,6% sur un an. La marge opérationnelle des activités vie a été élargie de 4,6 points de pourcentage à 13,5%. Le retour sur investissement (ROE) s'est affaissé de 0,8 points de pourcentage à 9,5%.

Les résultats présentés s'inscrivent dans le bas de la fourchette des prévisions des analystes, qui tablaient sur un volume de primes compris entre 7,03 et 7,29 milliards CHF, pour un bénéfice net entre 444 et 476 mio CHF. Le ratio combiné affiché s'inscrit juste dans la moyenne des prévisions. Les fonds propres se révèlent légèrement supérieurs aux attentes.

PRIMES À CARACTÈRE DE PLACEMENT SOUS LA LOUPE

Le volume des primes vie a enregistré un bon de 10,6% à 3,79 mrd CHF, tandis que celui des affaires non-vie a enflé de 3,7% à 3,44 mrd CHF. Les primes à caractère de placement ont progressé de 10,1% à 1,78 mrd CHF.

Parmi ce type de produits, les manteaux d'assurance (insurance wrapper) proposés par des compagnies suisses font l'objet aux Etats-Unis d'investigations de la part du Département de la Justice (DoJ) et des autorités fiscales (IRS), soupçonnant une utilisation à des fins d'évasion fiscale selon des informations de presse.

"Nous n'avons jamais démarché activement aux Etats-Unis dans ce secteur d'activité et ne disposons que d'une poignée de clients américains", a assuré le directeur général (CEO) Martin Strobel en conférence téléphonique.

L'autorité suisse de surveillance des marchés financiers (Finma) préconisait en 2010 déjà une clarification concernant l'utilisation de tels produits, qui permettent notamment le transfert de la propriété mobilière des clients à leur compagnie d'assurance, moyennant le versement d'une prime unique à la conclusion d'un contrat d'assurance.

Pour l'année en cours, l'assureur confirme ses ambitions de présenter un ratio combiné de 93 à 96%, assorti d'une marge d'exploitation supérieure à 10%. Le retour sur investissement visé s'inscrit entre 8 et 12%.

Le patron a par ailleurs qualifié le paquet d'actions de 10% dans le concurrent Nationale Suisse de pur placement financier. "Nous ne poursuivons aucun objectif stratégique avec cette participation", a assuré M. Strobel. Aucune modification à la hausse comme à la baisse ne figure à l'agenda de la direction, mais la "situation fait l'objet de réexamens réguliers", a-t-il précisé.

Des rumeurs courent depuis quelques semaines sur une éventuelle prise de pouvoir de Nationale Suisse par un autre groupe. Parmi les repreneurs potentiel, on évoque la Mobilière, qui détient déjà 19% et Helvetia qui a remonté en décembre son engagement à 17,7%.

PREMIERS COMMENTAIRES RÉSERVÉS

Les premiers commentaires font état de chiffres quelque peu décevants. La faible progression du bénéfice net est attribuée à une charge fiscale plus élevée qu'attendu. Les analystes saluent toutefois la réaffirmation des ambitions de la direction et un montant de fonds propres supérieur à leurs attentes.

Les modifications apportées dans la comptabilité devraient avoir un effet positif sur les gains à venir de la société, un élément jugé non négligeable du point de vue des actionnaires.

Les courtiers soulignent que le titre est à la peine depuis plusieurs semaines et attendent de voir si les résultats présentés sont à même de sortir le cours de sa léthargie. Ils tablent sur une première réaction réservée du marché, en raison notamment du relèvement moindre qu'espéré du montant du dividende.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."