Bilan

Bâle réservée face à la reprise de Syngenta par ChemChina

Le gouvernement de Bâle-Ville aurait préféré que Syngenta reste indépendant plutôt que de se faire racheter par le géant chinois de la chimie ChemChina.

Né en 2000 de la fusion entre les secteurs agronomiques de Novartis et d'AstraZeneca, Syngenta est sis à Bâle.

Crédits: Keystone

Le gouvernement de Bâle-Ville se montre réservé face à la reprise de Syngenta par le géant chinois de la chimie ChemChina. Il aurait préféré que le groupe bâlois d'agrochimie reste indépendant, déclare à l'ats le ministre de l'économie Christoph Brutschin (PS).

"Vu que ce scénario ne semble plus envisageable, ce sont les buts et les perspectives du nouveau propriétaire qui passent au premier plan", confie mercredi le conseiller d'Etat. Pour l'exécutif de Bâle-Ville, le maintien des sites et des emplois de Syngenta à Bâle, à Stein (AG) ainsi que des cinq autres sites a désormais la priorité.

Né en 2000 de la fusion entre les secteurs agronomiques de Novartis et d'AstraZeneca, Syngenta est sis à Bâle. Le groupe souhaite raser son siège construit en 1952 près de la gare allemande de la cité rhénane - une tour de 52 mètres - pour le remplacer par un bâtiment que trois étages.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."