Bilan

Amazon “décolle” aux Etats-Unis

Le géant de la vente en ligne va louer 20 Boeing pour mettre sur pied son propre service de livraison. Parallèlement, le groupe de Seattle prévoit d’ouvrir une seconde librairie en Californie.

Amazon va créer son propre réseau de distribution.

Crédits: reuters

La rumeur sur les intentions d’Amazon de contrôler la livraison de ses produits circulait depuis plusieurs mois. Elle s’est concrétisée mercredi lorsque le géant de la vente en ligne a annoncé un accord pour louer 20 Boeing 767 à la société Air Transport Services Group (ATSG).

Le groupe de Seattle va créer son propre réseau de distribution et pouvoir se distancer de UPS et FedEx, les deux transporteurs avec lesquels il collabore pour l’instant. Amazon avait discrètement réalisé des tests l’année dernière avec 5 Boeing de ATSG. La location d’un Boeing cargo usagé est estimée à 325 000 dollars par mois. Ce montant double pour la location d’un nouveau modèle.

Lire aussi: Amazon veut créer "plusieurs milliers de postes" en Europe 

La démarche d’Amazon traduit aussi une certaine frustration avec des transporteurs qui peinent à suivre le rythme de la forte croissance de ses ventes - 20% en 2015 pour un chiffre d’affaires de 107 milliards de dollars - et sa volonté de réduire au maximum la durée entre la transaction en ligne et la livraison du produit. En 2013, UPS avait été surchargé par le volume des achats sur amazon.com et n’avait pas réussi à livrer de nombreuses commandes avant les fêtes.

Une seconde librairie 

Depuis, Amazon a ouvert un centre de tri de paquets dans la région de Seattle à partir duquel les produits sont livrés directement dans les postes de la région de Seattle pour une livraison le jour-même avec le courrier. Amazon a aussi lancé Prime Now en 2014, un service de distribution immédiat assuré par des sous-traitants depuis les entrepôts du groupe à travers les Etats-Unis pour un abonnement de 99 dollars par an. Dans plusieurs villes américaines, Amazon assure même la livraison de repas préparés par certains restaurants.

Autre développement notoire dans la stratégie du groupe: l’ouverture de librairies Amazon baptisées Amazon Books. Le premier magasin a ouvert ses portes à Seattle en novembre 2015. Le groupe a annoncé cette semaine son intention d’ouvrir sa seconde librairie à San Diego. Selon le groupe General Growth Properties qui gère des centres commerciaux aux Etats-Unis, Amazon pourrait ouvrir jusqu’à 400 boutiques. D’autres experts du marché cités par le quotidien USA Today estiment que le nombre de librairies Amazon pourrait plutôt tourner autour de 12 à 18. Dans ces boutiques, le groupe de Seattle vend aussi ses appareils électroniques comme le Kindle.

 

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."