Bilan

Airbus boucle un solide exercice 2015

Airbus Group vise une remontée de la cadence de production du long-courrier A330.

"Nous avons ainsi décidé d'accroître à nouveau la cadence de production de l'A330 à sept exemplaires par mois en 2017", a indiqué Tom Enders.

Crédits: AFP

Airbus Group a bouclé un solide exercice 2015, avec une progression de 15% de son bénéfice net à 2,7 milliards d'euros qui lui permet de confirmer ses perspectives 2016, et vise une remontée de la cadence de production du long-courrier A330.

Le groupe aéronautique, qui présente ses résultats à Londres, a vu son chiffre d'affaires progresser de 6% à 64 milliards d'euros l'an dernier, porté par la division d'avions civils.

Les prises de commandes se sont élevées à 159 milliards d'euros, établissant son carnet de commandes à un niveau record à plus de mille milliards d'euros (1.006 milliards au 31 décembre 2015).

"Les résultats de 2015 reflètent notre solide performance financière et opérationnelle", a déclaré Tom Enders, le président exécutif. "Nous avons honoré nos engagements et maintenons nos perspectives pour 2016 et au-delà", a-t-il ajouté.

"Le carnet de commandes record soutient la montée en cadence de nos programmes avions commerciaux et nous concentrons nos efforts sur l'efficience opérationnelle", a encore dit Tom Enders.

Il a également annoncé que l'A330 verrait sa cadence de production remonter à 7 unités par mois contre 6 actuellement, pour répondre à une demande résiliente avec 136 commandes de l'appareil en 2015. Cette cadence avait été réduite dans le cadre de la transition vers la version remotorisée de l'appareil, l'A330neo.

"Nous avons ainsi décidé d'accroître à nouveau la cadence de production de l'A330 à sept exemplaires par mois en 2017", a indiqué Tom Enders.

Autre appareil en voie de transition, l'A320 dont la version remotorisée A320neo est entrée en service cette année chez Lufthansa. Airbus vise une cadence mensuelle de 52 A320 en 2017 et de 60 appareils mi-2019, contre 42 actuellement.

"Les préparatifs de la montée en cadence sont en cours", indique-t-il, "en dépit de quelques contretemps". Pour l'avionneur, "la priorité (est) de mettre en service un avion mature et conforme aux attentes des clients".

Quant au dernier né sur le long-courrier, l'A350, la montée en cadence "s'accélère" avec comme objectif 50 appareils livrés cette année, contre 14 en 2015.

Au total, l'avionneur a reçu 1.080 commandes nettes d'avions commerciaux en 2015, pour 635 livraisons d'appareils, portant l'Ebit (bénéfice d'exploitation) de la division à 2,78 milliards d'euros, en hausse de 10%.

Airbus Helicopters a souffert d'une baisse du nombre de livraisons à 395 unités contre 471 en 2014, mais son chiffre d'affaires a malgré tout progressé de 4% grâce à l'activité services. La division a enregistré 333 commandes nettes.

Dans l'espace, l'activité est demeurée stable malgré la déconsolidation du chiffre d'affaires de l'activité lanceurs spatiaux au profit de la coentreprise Airbus Safran Launchers (ASL).

Reste l'A400M. L' avion de transport militaire, pour lequel Airbus avait passé deux charges de 290 millions et de 551 millions d'euros en 2015 et 2014, n'est pas encore sorti de ses difficultés industrielles.

11 A400M ont été livrés l'an dernier et la montée en cadence "se poursuit", indique Airbus Group.

Mais l'avionneur reconnait que "l'efficience industrielle et les capacités militaires de l'avion demeurent un défi durant cette période", et prévient que "les mesures correctives d'industrialisation ont été identifiées et le groupe se concentre sur les livraisons, mais un risque subsiste".

Airbus Group "travaille actuellement avec ses clients pour convenir d'un calendrier de développement des capacités militaires et de livraisons, ainsi que pour revoir la formule d'indexation des prix".

Fort de ces résultats, Airbus Group va proposer pour 2015 un dividende de 1,30 euro par action, en hausse de 8% par rapport à 2014.

Pour 2016, Airbus Group vise plus de 650 livraisons d'avions commerciaux et une augmentation du carnet de commandes.

Le groupe table également sur un EBIT avant éléments non récurrents et un bénéfice par action avant éléments non récurrents stables par rapport à 2015, ainsi qu'un un flux de trésorerie disponible stable par rapport à l'an dernier.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."