Bilan

Adidas confirme son objectif record en 2016 et restructure Reebok

L'équipementier sportif allemand Adidas a été porté par le dynamisme des ventes de la marque du même nom, tandis que sa filiale américaine Reebok va subir une nouvelle restructuration.

Adidas a largement profité en 2016 de grandes compétitions sportives cette année, comme l'Euro 2016 de Football et les Jeux Olympiques au Brésil.

Crédits: AFP

L'équipementier sportif allemand Adidas a confirmé jeudi son objectif de bénéfice record en 2016, porté par le dynamisme des ventes de la marque du même nom, tandis que sa filiale américaine Reebok va subir une nouvelle restructuration.

"2016 sera une année record, le groupe Adidas va atteindre un résultat exceptionnel", a déclaré son nouveau patron, Kasper Rorsted lors d'une conférence téléphonique.

Il mise sur un bénéfice net dans la "fourchette haute" des prévisions du groupe, comprise entre 975 millions et 1 milliard d'euros.

Le mérite en revient largement au succès de la marque Adidas, dont les ventes ont bondi de 20% au troisième trimestre. Le groupe a largement profité en 2016 de grandes compétitions sportives cette année, comme l'Euro 2016 de Football en France et les Jeux Olympiques au Brésil.

L'action n'en était pas moins lourdement sanctionnée à la Bourse de Francfort: elle perdait 6,55% à 137 euros vers 10H35 GMT.

"Pour la première fois depuis plusieurs trimestres, les chiffres d'Adidas n'ont pas été meilleurs que les attentes du marché", souligne Herbert Sturm, pour expliquer les prises de bénéfices sur l'action jeudi.

Le bénéfice net trimestriel a tout de même progressé de 24% à 386 millions d'euros, tandis que le chiffres d'affaires a augmenté de 14% à 5,4 milliards d'euros, conformément aux attentes.

Si Adidas se porte bien, il en va autrement de la marque américaine Reebok, rachetée en 2005 avec l'espoir -entretemps déçu- d'en faire un concurrent du géant Nike.

Les ventes, en hausse de 7% au troisième trimestre, augmentent "nettement plus lentement que celles d'Adidas et de nombreux concurrents" , a souligné Kasper Rorsted, et sa rentabilité reste largement inférieure à la moyenne du groupe, malgré un recentrage prometteur sur le fitness depuis deux ans.

Le nouveau plan de restructuration prévoit une accélération des réductions du nombre de magasins Reebok aux Etats-Unis et un déménagement du siège à Boston en 2017 avec une équipe uniquement dédiée au développement mondial de la marque. Quelque 150 emplois, sur un total de 950 actuellement, seront supprimés, a-t-il précisé.

Les résultats trimestriels ont déjà été affectés par les fermetures de magasins, à hauteur de 10 millions d'euros. Pour le dernier trimestre, il évalue les coûts liés aux restructurations à 20 millions d'euros.

Kasper Rorsted a rejeté l'idée que ce plan préfigurait à une vente de Reebok, qui fait l'objet de rumeurs récurrentes, au contraire.

"Si nous n'avions pas été confiants" dans l'avenir de Reebok, alors "nous aurions pris une autre décision", a-t-il dit.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."