Bilan

Adecco améliore sa profitabilité et rachète le canadien Knightsbridge

Le géant du travail temporaire a dégagé l'année dernière un bénéfice net de 640 millions d'euros, soit une hausse de 14%. Adecco va renforcer sa présence en Amérique avec le rachat du leader canadien de la branche.

Pour l'exercice en cours, la direction d'Adecco s'attend à un "développement positif de la demande" pour le travail temporaire, au vu des prévisions de croissance économique.

Crédits: Keystone

Adecco a considérablement amélioré sa profitabilité opérationnelle en 2014 et bouclé l'exercice sur un bénéfice net de 640 mio EUR, en hausse de 14%. La direction du colosse de l'intérim envisage de relever le dividende à 2,10 CHF par action, un montant jugé modeste par certains analystes. Pour 2015, le groupe romand a confirmé son objectif de marge EBITA à 5,5% et table sur une croissance organique comprise entre 5% et 9%.

Adecco a dégagé en 2014 un chiffre d'affaires en hausse de 3% à 20 mrd EUR. Le bénéfice brut est ressorti à 3,7 mrd EUR (+4%) et l'EBITA à 928 mio EUR (+13%). La marge brute a augmenté de 20 points de base (pb) à 18,5%. Quant à la marge EBITA, elle a progressé de 40 pb à 4,6%.

Sur le seul dernier trimestre, Adecco a vu ses recettes croître de 4% à 5,17 mrd EUR. Le bénéfice brut est ressorti à 976 mio EUR (+7%), l'EBITA à 249 mio (+13%) et le bénéfice net à 185 mio (+6%).

La performance trimestrielle est légèrement inférieure aux prévisions des analystes consultés par AWP pour le chiffre d'affaires et l'EBITA, attendus respectivement à 5,19 mrd et à 265 mio EUR. Les bénéfices brut et net ont en revanche surpassé les pronostics des experts, qui tablaient sur des valeurs de 958 mio et 161 mio EUR.

En France, le marché le plus important du groupe, le chiffre d'affaires trimestriel a fléchi de 5% sur un an à 1,14 mrd EUR, essentiellement en raison de la mauvaise santé de la construction. La région Amérique du Nord a vu ses recettes croître de 6% entre octobre et décembre, à 1,07 mrd EUR, grâce notamment au dynamisme du secteur industriel (+13%).

EXPANSION OUTRE-ATLANTIQUE

Le numéro un du travail temporaire a également annoncé l'acquisition de Knightsbridge Human Capital Services, leader canadien de la branche, qui a dégagé en 2014 un chiffre d'affaires de 56 mio CAD (44 mio CHF). Adecco indique que la transaction, d'un montant de 80 mio CAD, sera financée par ses ressources actuelles et devrait être finalisée au cours du 2e trimestre.

Le directeur financier (CFO) Dominik de Daniel a confié à AWP que cette acquisition s'inscrivait dans le cadre de la stratégie d'investissement sélectif du groupe. "Nous avons ainsi une position de leader au Canada et disposons d'une bonne plateforme pour une croissance future", a-t-il ajouté.

Concernant le programme de rachat d'actions entamé en novembre dernier pour un maximum de 250 mio EUR, Adecco assure avoir racheté à ce jour 825'000 parts pour un montant de 45 mio EUR. La direction proposera en outre à l'assemblée l'annulation des 4,6 mio actions rachetées en 2014, qui représentent 2,6% du capital.

Le groupe annonce également que suite à la réduction de la participation du groupe Jacobs dans l'actionnariat, son représentant Andreas Jacobs ne se représentera pas comme membre du conseil d'administration, où il siège depuis 2006.

OBJECTIFS CONFIRMÉS ET CROISSANCE ATTENDUE

Pour l'exercice en cours, la direction va concentrer ses efforts pour atteindre son objectif de marge EBITA de 5,5%. "La croissance organique et la marge EBITA de 5,3% enregistrées au quatrième trimestre 2014 constitue une bonne base pour atteindre cet objectif", a estimé le directeur général (CEO) Patrick De Maeseneire.

"Nous nous attendons pour l'ensemble de l'année 2015 à une croissance organique entre 5% et 9%" a-t-il poursuivi, mettant en avant les améliorations observées en Europe au cours des deux premiers mois. Le groupe table sur un "développement positif de la demande" pour le travail temporaire, au vu des prévisions de croissance économique.

A la Bourse suisse, les résultats ont été très bien accueillis par les investisseurs. Depuis l'ouverture de la séance, la nominative Adecco caracole en tête su SMI, inscrivant un plus haut journalier à 78,80 CHF vers 11h20. A 12h30, elle s'enrobait de 4,1% à 78,65 CHF, loin devant les autres valeurs de l'indice phare (SMI +0,68%).

J. Safra Sarasin souligne l'embellie enregistrée dans les deux premiers mois de l'année, notamment en France, le plus gros marché d'Adecco. L'institut considère l'action correctement évaluée et confirme sa recommandation d'achat.

Vontobel évoque une excellente performance trimestrielle, malgré le ralentissement de la croissance, mais se demande si la croissance actuelle sera suffisante pour permettre à Adecco d'atteindre son objectif de marge EBITA.

Baader Helvea estime la perspective d'Adecco optimiste, mais souligne que l'accomplissement des objectifs ne figure pas dans ses estimations ni dans celles du consensus.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."