Bilan

Actelion suscite les convoitises de J&J et de Sanofi

Le suspense s'intensifie autour de l'avenir de la biotech bâloise Actelion. Après l'américain Johnson & Johnson, le français Sanofi aurait aussi fait une offre d'acquisition.

Jean-Paul Clozel ne souhaite toujours pas voir son entreprise, dont le bâtiment est signé Herzog et de Meuron, perdre son indépendance.

L'action Actelion connaissait une nouvelle fois une forte demande mardi. A 10h15, la nominative Actelion s'enrobait de 3,7% à 210,20 CHF, alors que son indice de référence (SMI) prenait 0,44%. La veille, des spéculations sur un relèvement de l'offre de J&J n'avaient pas suffi à maintenir le titre dans le vert, le cours s'affaissant de 0,6% en toute fin de séance.

Depuis un mois, l'action Actelion s'est appréciée de près de 50%, et cette même avance depuis le début de l'année lui vaut de caracoler allègrement en tête du classement des valeurs du tableau SMI/SLI. Le feuilleton  continue et l'agence Bloomberg, qui cite une personne "au courant du dossier" affirme cette fois dans une dépêche publiée lundi soir que le français Sanofi envisagerait de lancer une contre-offre pour l'acquisition de l'entreprise d'Allschwil.

Il y a une semaine et demie, la même agence avait annoncé que l'américain Johnson & Johnson (J&J) était intéressé par Actelion. Les deux entreprises avaient par la suite confirmé que des contacts avaient lieu, mais que cela ne garantissait pas qu'une transaction aboutisse. La semaine dernière, de nouvelles spéculations faisaient état d'une augmentation de l'offre de J&J et d'autres affirmaient que le directeur général et principal actionnaire d'Actelion, Jean-Paul Clozel ne souhaitait toujours pas voir son entreprise perdre son indépendance et même qu'il n'était pas emballé par l'idée d'une coentreprise.

Ce week-end, et cela n'est pas une spéculation, Novartis a, par la bouche de son patron Joe Jimenez, indiqué qu'il ne participerait pas, le cas échéant, à une bagarre pour l'acquisition d'Actelion. Il a rappelé que son groupe envisage des acquisitions de complément de l'ordre de 2 à 5 mrd USD. L'actuelle capitalisation de marché d'Actelion se monte à 21,8 mrd CHF.

Lire aussi: La start-up préférée des milliardaires


Plusieurs nouveaux prétendants sont désormais pressentis pour la reprise du groupe pharmaceutique bâlois. En plus de Sanofi, mentionné par l'agence Bloomberg sur la base de sources "proches du dossier", d'autres rumeurs prétendant que Roche et Pfizer figureraient également sur la liste des potentiels acquéreurs alimentent les fantasmes boursiers.

Du côté des courtiers, on n'exclut pas que d'autres potentiels acquéreurs se tiennent en embuscade. L'usine à fantasmes autour du rachat d'Actelion tourne toujours à plein régime, donnant régulièrement lieu à des informations contradictoires.

Mais si d'autres groupes financièrement solides entrent dans la danse, en fin de compte ce ne seront pas des montants fantaisistes qui seront proposés, entend-on dire dans les salles de marché. L'évolution de l'action sera désormais tributaire des spéculations avec à la clé des fortes variations de cours et de positions.

A ce stade, les seules confirmations faites jusqu'ici concernent l'intérêt de J&J pour l'acquisition d'Actelion, ainsi que des pourparlers en vue d'une éventuelle transaction, y compris une participation stratégique de l'américain dans la société biopharmaceutique rhénane.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."