Bilan

ABB cède le contrôle de sa division Réseaux au japonais Hitachi

ABB va bel et bien vendre sa division d'équipements pour réseaux électriques à son homologue japonais Hitachi.

L'opération marque "la création d'un nouvel ABB, leader basé sur l'industrie numérique", a déclaré le directeur général d'ABB, Ulrich Spiesshofer.

Crédits: keystone

Moins d'une semaine après les premières rumeurs, le groupe zurichois a confirmé lundi le rachat par Hitachi de 80,1% de la division pour 9,1 milliards de dollars.

La transaction, dont la finalisation est attendue au premier semestre 2020 - sous réserve des autorisations réglementaires d'usage - est basée sur une valeur d'entreprise de 11 milliards de dollars (presque autant en francs), précise ABB dans un communiqué.


Ajustée des coûts de transaction (500-600 millions) et fiscaux (800-900 millions), elle devrait générer un produit net de 7,6 à 7,8 milliards de dollars, dont la totalité sera allouée "rapidement et efficacement" au retour de valeur aux actionnaires "moyennant un rachat d'actions ou un mécanisme similaire".

Dans un premier temps, ABB conserve 19,9% de ses parts dans Power Grids, afin "d'assurer la transition". Le groupe pourra exercer ses droits de cession trois ans après la finalisation de la transaction, à un prix "correspondant à la juste valeur de marché à ce moment, mais d'au moins 90% de la valeur d'entreprise convenue", précise le communiqué.

Un "nouvel ABB"


L'opération marque "la création d'un nouvel ABB, leader basé sur l'industrie numérique", a déclaré le directeur général d'ABB, Ulrich Spiesshofer. Au 1er avril 2019, le conglomérat technologique zurichois simplifiera son actuelle structure. Les domaines d'activité seront alors les seules interfaces avec la clientèle, avec à la clé "une proximité et une rapidité maximales", promet ABB.


Parmi les quatre futures divisions du groupe, deux sont les existantes Electrification et Mobilité, alors que celle d'Automation a été scindée en deux unités, industrielle et robotique. "L'annonce d'aujourd'hui ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire d'ABB", a renchéri le président du conseil d'administration Peter Voser, soulignant son intention de s'orienter encore plus sur l'industrie numérique, tout en assurant un "retour compétitif pour les actionnaires, y compris une politique de dividende engagée".

Objectifs de croissance 

Dans la foulée, la direction a revu ses objectifs à moyen terme. ABB vise désormais une croissance annuelle comprise entre 3-6% à périmètre constant, ainsi qu'une marge opérationnelle (Ebita) de 13-16%.

Dans un communiqué, l'actionnaire activiste Cevian, détenteur de 5% d'ABB - qui avait longtemps prêché en faveur d'un désinvestissement de Power Grids - a fait part de sa satisfaction suite à l'annonce de la cession et de la réorganisation du groupe. "Nous soutenons pleinement et entièrement la direction stratégique prise par le conseil d'administration et la direction", a fait savoir Lars Förberg, co-fondateur de Cevian.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."