Bilan

A qui appartiennent les aéroports?

Avec la privatisation probable du groupe français ADP, le statut des aéroports internationaux pose la question de leur indépendance par rapport au pouvoir politique.

L'Aéroport de Genève est un établissement autonome de droit public.

Crédits: Keystone

A qui doit appartenir un aéroport? A des collectivités publiques ou à des investisseurs privés? La question occupe les parlementaires français. Dans le courant du mois d’avril, ils se prononceront définitivement sur le projet du gouvernement de privatiser le groupe ADP qui exploite des plates-formes aéroportuaires parmi lesquelles figurent Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget. Le produit de la vente de la participation de l’Etat (50,6%) devrait rapporter la somme d’environ 10 milliards d’euros.

Selon les partisans de la privatisation, cette cession permet de réduire l’endettement public – il est très élevé en France - et de financer un fonds pour l’innovation. De leur côté, les opposants ne comprennent pas pourquoi l’Etat veut se désengager d’une société très profitable dont les bénéfices rapportent chaque année de généreux dividendes. Ils estiment aussi que cette vente risque de conduire à une hausse des redevances encaissées auprès des compagnies aériennes considérées comme une clientèle captive.

En Suisse, l’aéroport de Zurich a été privatisé en 2000 après un long débat. La législation prévoit que le canton de Zurich doit détenir au moins le tiers du capital. Aujourd’hui,  Flughafen Zürich est majoritairement en mains privés (61,6%). Introduite en Bourse en 2010, cette société distribue entre 35% et 45% de ses bénéfices à ses actionnaires. Au cours de ces dix dernières années, l’action a grimpé d’une cinquantaine de francs à 241 francs au début 2018. Ces derniers jours, elle s’échangeait autour de 180 francs.

De son côté, l’EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg est une plateforme binationale en mains publiques depuis la convention franco-suisse signée en 1949. Son président et son directeur sont obligatoirement de nationalités différentes. Son conseil d’administration est composé de huit membres français, huit membres suisses et de deux membres allemands qui disposent d’un pouvoir consultatif.

En Suisse romande, l’aéroport international de Genève est un établissement autonome de droit public jouissant de la pleine personnalité juridique. Son conseil d’administration est composé de vingt membres issus de la société civile et de la  politique

La situation au-delà des frontières

A l’étranger, le statut des plates-formes aéroportuaires diffère selon les pays. En Allemagne, l’aéroport de Francfort appartient à une société cotée en Bourse - Fraport - dont le capital est détenu majoritairement par la ville et le Land de Hesse. En Grande-Bretagne, Heathrow  - le plus grand aéroport d’Europe  - est en mains du groupe espagnol Ferrovial. Aux Etats-Unis, JFK à New-York est une entité publique de l’Etat de New-York et de celui du New Jersey.

Les revenus des aéroports proviennent des activités aéronautiques (taxes d’atterrissages et passagers) et d’autres redevances (mise à disposition de surfaces commerciales et de parkings, loyers, etc.). A Genève, la part des recettes liées au trafic aérien s’est élevée à 56% en 2017.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."