Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Le risque de délocalisation existe»

«En Suisse, rien n’encourage les investisseurs à créer de grandes sociétés de capital-risque.»
L’activité de Debiopharm Group consiste à acquérir et à développer des molécules.
1 / 2

Craignez-vous une vague de délocalisations d’entreprises actives dans l’innovation technologique? - -

Comment la Suisse et les cantons romands peuvent-ils agir? - -

C’est-à-dire? - -

La Confédération compte désormais encourager les sociétés innovantes en leur offrant une imposition privilégiée des brevets via la création d’une «patent box». Or ce projet ne vous satisfait pas. Pourquoi? - -

Debiopharm Group pourra rester au régime ordinaire d’impôt si la patent box n’est pas suffisamment attrayante pour ses activités. D’autant que le taux d’imposition des bénéfices aura baissé de 22,8 à 13,8% si le projet de réforme aboutit… - -

Pourquoi restez-vous à Lausanne? - -

Envisagez-vous de délocaliser vos activités? - -

Reste que deux sociétés américaines de biotechnologie ont annoncé récemment leur implantation à Genève. Ne vous montrez-vous pas trop pessimiste pour la Suisse romande? - -

Passons maintenant à vos activités. L’introduction en bourse de Biocartis pourrait vous rapporter plusieurs dizaines de millions de francs. Comment comptez-vous réinvestir cette somme? - -

On dit que vous analysez environ 1000 molécules par an. Combien d’entre elles aboutissent au développement d’un médicament? - -

Depuis une bonne dizaine d’années, l’industrie pharmaceutique souffre d’inefficience. Comment l’expliquez-vous? - -

Cette mutation n’implique-t-elle pas un changement de modèle d’affaires fondé sur la durée très longue d’exploitation d’un brevet? - -

Comment voyez-vous l’évolution de l’industrie pharmaceutique dans les prochaines années? - -

Que voulez-vous dire, alors que les médicaments représentent le cœur de votre métier? - -

De quelle manière? - -