Bilan

«La responsabilité sociale fait avant tout partie intégrante de la culture d’entreprise»

Markus Faschang, CEO de L’Oréal Suisse, évoque les ambitions du groupe: conquérir un milliard de nouveaux consommateurs en respectant l’humain et l’environnement.

Notre rencontre avec Markus Faschang, directeur général de L’Oréal Suisse, se déroule dans les bureaux de Vernier, où l’entreprise a emménagé il y a dix-huit mois. Désormais, tous les employés de Suisse sont regroupés dans ce bâtiment aux normes Minergie. Ce qui démontre l’engagement de la multinationale envers les principes de développement durable qu’elle intègre dans toutes ses activités: de la recherche à l’approvisionnement et à la production. Entretien. Bilan L’Oréal totalise combien d’employés? Markus Faschang L’Oréal compte 66 600 employés dans le monde qui se répartissent dans 130 pays. En Suisse, nous avons 400 collaborateurs, 200 dans les bureaux à Genève et 200 qui travaillent au service externe. B En termes de turnover, où L’Oréal Suisse se situe-t-elle? MF Nous avons vécu un turnover plus important que la moyenne lors du regroupement des activités de L’Oréal dans les bureaux de Genève en janvier 2010. Certains collaborateurs basés à Zurich ne souhaitant pas rejoindre le nouveau siège. En moyenne, il se situe aux alentours des 10% par année. B Autorisez-vous les temps partiels? MF Oui, dans la mesure du possible. Nous nous efforçons d’offrir un maximum de flexibilité à nos employés. Cependant, ce n’est pas tant une réduction des heures de travail mais plutôt de la souplesse dans les heures de présence et des outils de communication mobile que nous privilégions pour gagner en efficacité.

B Projetez-vous d’installer des aménagements, type crèche, dans vos locaux? MF Nous n’avons pas la taille critique pour aménager une crèche d’entreprise à 100% L’Oréal. Toutefois, avec la participation des autres entreprises du site de Blandonnet, nous pourrions envisager d’aménager une garderie en commun. B Quelle importance donnez-vous à l’égalité? MF Nous menons une politique de diversité active qui ne concerne pas uniquement l’égalité des genres homme-femme mais qui tient compte de nombreux autres paramètres, notamment l’âge, l’origine ou encore le handicap. Pour exemple, près de 100 nationalités différentes sont représentées dans les comités de direction de L’Oréal International. En Suisse, on compte une quinzaine de nationalités au sein de notre entreprise. B Comment définiriez-vous la culture d’entreprise du groupe? MF L’Oréal pratique une politique de la «porte ouverte». Notre charte éthique comprend un esprit d’ouverture et surtout une liberté d’expression. Chaque collaborateur peut librement s’adresser à son supérieur hiérarchique, que ce soit pour exprimer une revendication ou une idée. Et tout le monde a le droit à l’erreur! Cette politique stimule l’esprit entrepreneur qui a une place importante dans la culture de L’Oréal. Bilan Que signifie la responsabilité sociale d’entreprise pour vous? MF La responsabilité sociale fait avant tout partie intégrante de la culture d’entreprise. L’Oréal a totalement intégré les principes de durabilité dans la gestion de son développement. Agir de manière responsable doit aujourd’hui être de l’ordre du réflexe à tous les niveaux et non plus résulter d’un calcul ou d’un quelconque règlement à appliquer. B Avez-vous observé un changement des mentalités au sein des entreprises depuis quelques années concernant tout ce qui englobe le développement durable? MF Oui, les mentalités ont changé. La responsabilité sociale est devenue une évidence: les entreprises ne peuvent plus se développer sans prendre en compte l’aspect durable. Il s’agit d’un aspect primordial, notamment pour les jeunes à la recherche d’un emploi. Ces derniers préféreront d’office travailler dans une entreprise qui s’engage socialement. B En termes d’environnement, qu’entreprenez-vous? MF La protection de l’environnement est perçue par L’Oréal comme le fondement d’une croissance durable. Nos initiatives dans ce domaine sont multiples, à tous les niveaux. Pour la quatrième année consécutive, L’Oréal a du reste été sélectionnée par Corporate Knights pour son classement 2011 des 100 entreprises les plus engagées dans le développement durable à l’échelle mondiale. B Pouvez-vous nous parler des ateliers d’estime de soi que vous avez mis en place il y a deux ans? MF En 2009, L’Oréal a choisi de célébrer son centenaire sous le signe de la solidarité. Chaque filiale a ainsi été encouragée à développer un programme philanthropique local permettant à ses collaborateurs de s’engager sur une base volontaire. En Suisse, nous avons choisi de monter des ateliers d’estime de soi fondés sur une approche socioesthétique: nous aidons des femmes en difficulté à reprendre confiance en elles au travers des cosmétiques et de l’échange avec des collaborateurs volontaires de L’Oréal. B Comment L’Oréal communique-t-elle sur ce qu’elle entreprend en termes de responsabilité sociale ou de philanthropie? MF Nous communiquons avant tout à l’interne. Nous faisons connaître également nos actions à l’extérieur, auprès du grand public, par le biais de la presse et dans des réseaux professionnels. L’Oréal ne fait pas de marketing social mais tente de mettre en lumière certaines problématiques, comme le cas des femmes en réinsertion sociale. B Vous allez remettre le Prix Humagora le 4 mai prochain. Que signifie ce prix pour vous? MF Nous avons rejoint le réseau Philias en 2008. La fondation nous a accompagnés dans le développement de notre projet d’atelier d’estime de soi, notamment en agissant en tant que facilitateur dans la première prise de contact avec les associations locales. L’Oréal a décidé de s’associer à Humagora car cette initiative permet de promouvoir l’engagement social dans le monde des entreprises, un élément primordial aujourd’hui! B Quels sont les prochains défis de L’Oréal? MF Le prochain challenge du groupe est de conquérir un milliard de consommateurs supplémentaires d’ici à 2020. Tout en réduisant de 50% les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’eau et la production de déchets d’ici à 2015! Nous souhaitons développer de nouveaux produits visant à mettre en valeur la beauté humaine tout en protégeant la beauté de notre planète.

Chantal de Senger

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."