Bilan

«Ce n’est qu’une question de temps»

Contacté dans le cadre de l’interview d’Elka Gouzer, le CEO de Téléverbier a souhaité réagir aux propos de l’avocate genevoise. Il se dit persuadé que le projet sera accepté. Voici le texte qu’il a envoyé à Bilan.

Pour Eric Balet, «crier au danger d’invasion relève d’une mauvaise foi manifeste».

Crédits: Dr

Le Tribunal a donné son jugement – fait rare – en audience publique, étant donné que le sujet est resté très controversé. Si les opposants ont été éconduits sur quatre reproches ou accusations, la majorité des cinq  juges leur ont donné raison sur trois autres points.

Il s’agirait là d’une victoire à la Pyrrhus: si le Tribunal fédéral n’a pas donné raison à la Commune de Bagnes, c’est parce qu’il a estimé qu’en l’état, le dossier présenté n’était pas assez complet. La Commune de Bagnes doit donc 1) compléter l’étude de circulation, et 2) présenter une étude sur les effets induits par cette circulation future. Téléverbier doit de son côté compléter la justification de son projet d’installation en prouvant notamment que la solution choisie est la seule raisonnablement possible.  

Nous sommes persuadés que, une fois les dossiers complétés, le plan de zone sera approuvé et la concession de la nouvelle installation accordée. Même l’avocate de la partie adverse a, semble-t-il, admis que ce n’était qu’une question de temps!

S’il est une étude de projet qui a pris du temps, c’est bien celle de cette liaison entre les deux domaines de Savoleyres et de Médran. Pas moins d’une quinzaine de tracés ont été étudiés depuis la fin des années 90. Cette liaison par installations et skis aux pieds est le principal objectif stratégique de notre société. 

Totalement en désaccord avec ce que prétendent les opposants, j’estime que ce projet entraînera une très nette baisse du trafic routier dans la station. Le seul problème est que la ligne de la nouvelle installation passera à 108 m du chalet Gouzer, sis une cinquantaine de mètres d’altitude en contrebas, et que la future gare en sera éloignée à 138 m 50.

Aujourd’hui, le départ de Savoleyres n’est desservi par aucune piste. Les skieurs doivent donc prendre le bus s’ils veulent changer de domaine skiable, au moins dans le sens Verbier-Savoleyres. Demain, le renforcement du débit du téléski du Rouge permettra aux skieurs du cœur de Verbier de se rendre à Savoleyres skis aux pieds et par installations, ce qui sera également vrai pour ceux entrant sur le domaine à partir du Châble ou de Médran.

La libération d’une zone de plus de 5000 m au départ de Savoleyres permettra en outre l’implantation de commerces dans une zone habitée par plus de 10 000 habitants en haute saison. Ce qui permettra également de largement décharger la circulation du centre de la station.

«Téléverbier revendique le droit d’avoir des buts lucratifs»

A maintes reprises, Mme Gouzer a affirmé que la nouvelle installation avait pour but l’envahissement de Verbier par des hordes de skieurs provenant de la plaine, via la station de la Tzoumaz. A l’heure où le ski suisse a perdu 25% de journées skieurs depuis l’an 2000 – mais que Verbier a fait preuve d’une grande stabilité – crier au danger d’invasion relève d’une mauvaise foi manifeste. La mauvaise foi de notre opposante semble évidente lorsqu’elle parle de gare de départ d’une hauteur de 34 m – les plans déposés indiquent 17 m 30 –, et de pylônes de 28 m (le plus élevé en fera 17 m 55). Exagérer tend à rendre sa démarche plausible.

En tant que plus importante société de remontées mécaniques de Suisse romande, Téléverbier revendique le droit d’avoir des buts lucratifs, et de se maintenir avec des chiffres noirs, alors que 90% de la branche souffre comme jamais du franc fort et de la baisse d’intérêt pour le ski en Suisse. Contrairement à ce que notre opposante laisse penser, Téléverbier est aujourd’hui dans une démarche récompensée par les labels de qualité ISO 9001, 14 001 et 18 000 (qualité, sécurité et environnement). La stratégie de la société a ainsi permis de réduire de cinq le nombre d’installations lourdes lors de la dernière décennie. 

Téléverbier a été l’une des premières sociétés à déposer en 2007 un plan directeur du domaine skiable. C’est une petite partie de ce dernier que Mme Gouzer conteste, alors que ce plan a été accepté après de dures négociations tant avec le WWF qu’avec Pro Natura.

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."