Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Apple, c’est Coca-Cola, les montres suisses, c’est Château Lafitte»

De g. à dr.: René Weber (Vontobel), Geoffroy Ader (expert), Patrik Hoffmann (WatchBox ), Patrick Pruniaux (Ulysse Nardin et Girard-Perregaux), George Kern (Breitling) et Cristina d’Agostino (Bilan), réunis au Royal Savoy de Lausanne le 11 octobre dernier.
George Kern, CEO de Breitling depuis un an.
Patrik Hoffmann, vice-président exécutif du revendeur WatchBox, a expliqué que le marché des montres de seconde main certifiées est encore à ses débuts. Jusqu’ici, les clients n’avaient pas de marché organisé pour acheter, vendre ou échanger leurs montres auprès de professionnels fiables et compétents. WatchBox garantit quinze mois une montre d’occasion achetée via son site. Pour lui, «il faut que les revendeurs et les marques collaborent».
1 / 7

«Hisser Breitling au niveau suivant»

George Kern interroge la raison d’être des foires horlogères