Bilan

«2020 sera difficile pour Manor»

Touchée par la crise du Covid-19, la chaîne de grands magasins enregistre une forte hausse de ses ventes en ligne. Elles devraient atteindre 20% du chiffre d’affaires d’ici à quatre ans.

  • Manor veut développer les liens entre son site et ses magasins.

    Crédits: Manor
  • «Nous sommes en pourparlers concernant la cession de deux supermarchés» Fabian Hildbrand, porte-parole

    Crédits: Manor

La crise du Covid-19 a accéléré l’offre digitale de Manor qui a dû fermer 80% de ses magasins depuis la mi-mars. Interview de Fabian Hildbrand, porte-parole de la chaîne suisse de grands magasins.

Comment gérez-vous la crise actuelle?

Nous sommes extrêmement touchés, près de 80% de notre chiffre d’affaires est affecté par les fermetures. Pour l’instant, nous avons 30 supermarchés alimentaires ouverts. 60 grands magasins non alimentaires et 28 restaurants sont fermés depuis la mi-mars.

En janvier, vous annonciez votre volonté de vous restructurer en désinvestissant dans votre réseau de magasins pour mieux vous positionner dans le commerce en ligne. La crise du coronavirus a-t-elle accéléré ce processus?

Notre site internet est actuellement notre seul canal de vente pour les articles non alimentaires avec des ventes qui sont 4 à 5 fois plus importantes qu’à la même période l’an dernier. Notre objectif est d’augmenter de 20% la part de marché en ligne du groupe ces quatre prochaines années. La crise va certainement accélérer de manière considérable notre objectif.

Vous avez licencié 80 collaborateurs, dont de nombreux directeurs de vos magasins, au début du mois de janvier. Est-ce que la crise actuelle va augmenter les licenciements?

Nous rouvrirons l’ensemble de nos magasins le 11 mai, mais nous nous attendons à une baisse de fréquence de notre clientèle dans les premières semaines de réouverture. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas exclure la possibilité de devoir adapter notre structure. En parallèle, nous allons renforcer nos équipes digitales. Nous avons déjà créé 30 emplois dans notre infra-structure informatique.

Comment allez-vous vous démarquer de la concurrence et des grands groupes comme Amazon?

En tant que chaîne de grands magasins, nous avons l’avantage de disposer d’emplacements physiques et d’être ainsi plus proches de nos clients à travers toute la Suisse. Mais nous devons exploiter cet avantage de manière encore plus efficace. Par exemple, en offrant un service omnicanal avec la possibilité pour les consommateurs qui commandent en ligne de retourner les produits en magasin. Ou encore d’offrir un service de livraison ou de collecte en moins de 24 heures à partir de nos magasins. Depuis la crise du Covid, nous avons également développé un service de livraison à domicile gratuit dans un rayon de 10 kilomètres pour des produits alimentaires.

Vous avez récemment dû fermer votre magasin emblématique de la Bahnhofstrasse à Zurich. Pourriez-vous fermer d’autres magasins?

Nous sommes toujours en pourparlers concernant la cession de deux supermarchés. Je ne peux malheureusement pas vous fournir d’autre informations sur les décisions stratégiques telles que les futures fermetures ou ouvertures de magasins. Comme toute autre entreprise du commerce de détail, nous révisons régulièrement notre réseau de magasins.

Comment se porte Manor?

Cette année, nous avons dû faire face à la fermeture de notre grand magasin à Zurich. Se rajoute à cela la crise du Covid-19. Manor fera face en 2020 à une année difficile, mais nous sommes une entreprise solide appartenant au groupe Maus Frères et mettrons tout en œuvre pour maîtriser au mieux cette période critique.


Plus de 9000 employés

Manor Avec un siège central situé à Bâle, Manor compte environ 9200 collaborateurs pour 60 grands magasins en Suisse, 30 supermarchés Manor Food et 27 restaurants Manora. Le groupe est le leader du marché suisse dans le secteur des grands magasins avec une part de marché d’environ 61%. Il commercialise plus d’un million d’articles d’environ 2800 fournisseurs du monde entier, dont 700 producteurs locaux. Le chiffre d’affaires estimé par Bilan est de plus de 2 milliards de francs en 2019.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."