Bilan

1.300 dirigeants d'entreprises disent vouloir rester dans l'UE

1.300 dirigeants d'entreprises, dont la moitié des poids lourds cotés à la Bourse de Londres, soutiennent le maintien du Royaume-Uni dans l'UE.

Les nouvelles entreprises figurant dans la liste comportent la banque Barclays, Standard Life, Anglo American ou encore Berkeley Group.

Crédits: Reuters

Près de 1.300 dirigeants d'entreprises, dont la moitié des poids lourds cotés à la Bourse de Londres, ont proclamé dans une lettre au Times qu'ils soutenaient le maintien du Royaume-Uni dans l'UE à la veille d'un référendum historique.

"Un Royaume-Uni quittant l'UE signifierait de l'incertitude pour nos firmes, moins de commerce avec l'Europe et moins d'emplois (tandis que) l'appartenance à l'UE est favorable à l'activité et favorable à l'emploi. Voilà pourquoi le 23 juin nous soutenons un Royaume-Uni restant dans l'UE", ont-ils écrit dans cette tribune publiée mercredi par le quotidien britannique.

Les signataires de ce courrier incluent des présidents, directeurs généraux, administrateurs et fondateurs d'entreprises de tailles diverses, pour l'essentiel britanniques et qui emploient au total 1,75 million de personnes.

Parmi eux figurent les dirigeants de 51 des 100 entreprises du FTSE-100, l'indice vedette de la Bourse de Londres. Le Times avait publié une lettre comparable au mois de février, mais cette dernière n'avait été signée à l'époque que par environ 200 dirigeants d'entreprises, dont 36 du FTSE-100.

Les nouvelles entreprises figurant dans la liste comportent la banque Barclays, l'assureur Standard Life, la compagnie minière Anglo American ou encore le groupe de construction Berkeley Group.

Des personnalités du monde des affaires ont aussi signé le texte, comme le fondateur de Virgin, Richard Branson, ou l'Américain Michael Bloomberg, créateur de l'agence d'information financière Bloomberg News.

Le Times a dernièrement annoncé son soutien, en tant que journal, au maintien dans l'UE. Le quotidien populaire The Sun, qui a affiché sa préférence pour le "Brexit" (sortie britannique de l'UE), a publié mardi une lettre de 100 dirigeants de petites et moyennes entreprises qui appellent au contraire à quitter l'UE, accusée d'imposer "des régulations et de la bureaucratie inutiles".

Aucune entreprise du FTSE-100 ne s'est prononcée en faveur du Brexit. Le fondateur de Hargreaves Lansdown, l'une des principales maisons de courtage britannique membre du FTSE-100, s'est toutefois prononcé à titre personnel pour un départ. Les dirigeants de quelques entreprises importantes, mais non cotées, ont pris position dans le même sens, comme le roi des aspirateurs James Dyson ou le patron du fabricant d'engins de chantier JCB, Anthony Bamford.

Un vice-président de l'entreprise d'agroalimentaire Tate & Lyle Sugars, une des plus anciennes sociétés du pays, a écrit pour sa part aux 800 employés du groupe pour leur expliquer que leur activité profiterait d'un départ britannique de l'UE, a rapporté la BBC mercredi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."