Bilan

Zurich, Genève et New York: les villes les plus chères du monde

La cité de Calvin est aussi la ville où les salaires sont les plus hauts au monde, devant le Luxembourg et derrière Zurich, selon une étude d'UBS.

Genève présente avec Zurich et le Luxembourg les salaires les plus élevés au monde d'après les calculs d'UBS

L'abandon du taux plancher de 1,20 franc pour un euro décidé en janvier 2015 par la BNS (Banque Nationale Suisse) a propulsé Zurich et Genève en tête du classement des villes plus chères du monde, devant New York, Oslo, Copenhague et Londres, selon l'étude Prix et salaires 2015 d'UBS. Il y a trois ans, alors que le franc était moins fort, Oslo précédait Zurich dans le même classement d'UBS. Puis Tokyo coiffait Genève qui arrivait à la quatrième place. "L'appréciation du franc a drastiquement changé la donne", a observé Daniel Kalt, chef économiste pour la Suisse, jeudi à Zurich. Cet indice des prix a été calculé sur la base de 122 biens et services.

Côté salaires bruts, Zurich, Genève et le Luxembourg s'illustrent comme les villes où l'on gagnent le plus. Après déduction des impôts et cotisations sociales, Copenhague perd 20 rangs en raison de prélèvements atteignant 45%. En France, le contribuable est sollicité pour 49% de son revenu. A Zurich et Genève, la taxation est parmi les plus basses au monde, s'établissant autour de 13%. Un résultat à nuancer cependant car les assurances santé payées par les Suisses ne sont pas prises en considération, alors qu'elles sont incluses dans la fiscalité obligatoire dans d'autres pays.

Passons au fameux indice Big Mac. A Genève comme à Zurich, il faut travailler 11 minutes pour de s'offrir le fameux sandwich vendu partout dans le monde. Seuls Hong Kong (9 minutes) et le Luxembourg (10 minutes) présentent des chiffres inférieurs. A l'autre extrémité du classement, le travailleur de Nairobi (Kenya) doit produire près de trois heures de labeur (173 minutes) pour être en mesure d'acheter le hamburger de McDonald's.

Une visite chez le coiffeur en Suisse est une véritable folie. Zurich affiche les prix les plus hauts, derrière Oslo, avec 88,50 francs la coupe en moyenne pour les femmes et 51,50 francs pour les hommes. C'est environ 15% de plus qu'à New York, deux fois plus cher qu'à Paris et 20 fois le prix d'un coup de ciseaux à Jakarta (Indonésie).

C'est à Paris que les salariés travaillent le moins de temps, tandis que ceux de Hong Kong effectuent quelque 1000 heures de plus par an. Une différence qui correspond à quatre heures oeuvrées de plus par jour ouvrable. Sans surprise, l'enquête souligne que les cités où l'on travaille le plus se situent en Asie et au Moyen-Orient. Les Européens bénéficient quant à eux du plus grand nombre de congés payés.

D'après ce classement de 71 villes réparties dans le mondes, les trois lieux où le pouvoir d'achat est le plus faible sont Nairobi, Djakarta et Kiev (Ukraine).

Les conséquences des événéments récents se lisent dans le palmarès de l'étude. Empêtrée dans la crise, les villes de la zone euro reculent. Les agglomérations russes et ukrainiennes sombrent dans le fond du classement suite au conflit en Ukraine et aux sanctions économiques à l'encontre de la Russie qui ont suivi. Les variations de changes ont fait reculer Tokyo et progresser Séoul. Les pays émergents d'Asie restent de leur côté frappés par une grande volatilité des prix et des salaires.

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."