Bilan

Zurich construit à tour de bras

Tandis que Lausanne se déchire au sujet de la tour Taoua, les gratte-ciel se multiplient dans la métropole économique. Ils abritent des logements hors de prix qui peinent à trouver preneur.

La tour Löwenbräu: 58 logements de luxe, dont un penthouse en vente depuis trois ans pour 11,4  millions.

Crédits: Dr

Au sommet de la tour Escher-Terrassen, le visiteur jouit d’une vue à 360 degrés sur Zurich, à quelque 60  mètres de hauteur. Le clou de cet immeuble flambant neuf bâti par la compagnie immobilière Allreal: un appartement de 5 pièces et demie réparti sur les 17 et 18e  étages. Deux terrasses de 25 m2 chacune flanquent le logement de 251 m2. Loyer mensuel: 12  735  francs.

A un jet de pierre, dans le complexe du Musée Migros d’art contemporain, la tour Löwenbräu additionne 58 logements de luxe donnant sur la Limmat. Le penthouse de 455 m2 est en vente depuis trois ans pour quelque 11,4  millions de francs. Pas loin de là, une tour du périmètre du projet Hard Turm Park va mettre 121 autres logements sur le marché, dans le segment haut de gamme. L’un des bâtiments offrira une piscine avec vue panoramique à ses habitants.

«C’est une tendance lourde en urbanisme au niveau international. Les gratte-ciel constituent maintenant des objets de prestige destinés à des privilégiés qui vivent entre eux. On est loin de la connotation négative des tours HLM, associées dans les années 1970 aux couches sociales défavorisées», décrypte Monique Keller, architecte et experte mandatée par le Projet d’agglomération Lausanne-Morges.

Rattraper Manhattan

Métamorphose flagrante lorsque l’on approche en train de Zurich en venant de Berne, le quartier de Züri West aspire à rattraper Manhattan. En moins de dix ans, une dizaine de tours auront poussé sur moins de 1 km2.

Pourquoi ce développement-là ne suscite aucune controverse alors que la tour Taoua déchaîne les passions à Lausanne? «Les tours zurichoises sont situées dans une cuvette, loin du centre historique, et ne modifient pas la skyline de la ville. A Lausanne, de par la topographie particulière du lieu, Taoua produit un autre impact sur le paysage. Le bâtiment sera visible de partout», analyse Monique Keller.

Autre facteur, les autorités zurichoises ont avalisé les règlements concernant les constructions en hauteur il y a une vingtaine d’années déjà. Les députés et les habitants ont eu le temps de s’accoutumer à l’idée. «Or, à Chavannes ou à Lausanne, la population a été confrontée à des projets d’un type complètement nouveau du jour au lendemain, ce qui entraîne le rejet d’un grand nombre de citoyens», poursuit Monique Keller.

Un enthousiasme préjudiciable

A Zurich, l’enthousiasme des promoteurs pour les gratte-ciel de luxe s’avère cependant préjudiciable à leurs affaires. Le marché est inondé de centaines de lofts hors de prix à la vue imprenable. Ceux-là peinent à trouver preneur.

Le joyau du 18e étage de la tour Escher-Terrassen n’a toujours pas trouvé de locataire, rapporte le Tages-Anzeiger. Proposés à 10  255 et 9675 francs de loyer, les appartements voisins restent également vides. Au total, 26 logements sur les 51 de la construction attendent toujours des locataires. Les habitations qui se sont bien louées, ce sont les 2 pièces et demie – moins de 100  m2 – de 2600 à 5300  francs mensuels.

Un désastre en termes de retour sur investissement. Allreal espérait 3 millions de francs de loyers annuels. Or, dans l’état actuel des locations, l’entreprise va encaisser à peine 850 000 francs. Soit un rendement très loin des 5% escomptés, pour un investissement de 50  millions de francs.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."