Bilan

Vrai ou faux?

Sélection et vérification de diverses affirmations contenues dans le tous-ménages «Edition spéciale».

Près d’un million de personnes se sont installées en Suisse depuis l’introduction de la libre circulation 

FAUX

Si l’on se réfère au 1er juin 2002, date de l’entrée en vigueur de l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE, il y avait 1 476 966 étrangers installés en Suisse. Fin 2016, ils étaient 2 101 146. Ils sont donc 624 180 à s’être installés en Suisse durant cette période. Le chiffre est donc exagéré, selon les sources de l’Office fédéral de la statistique.

L’augmentation de la population étrangère préoccupe les Suisses

VRAI

Le vote du 9 février 2014 a clairement signifié que les Suisses sont préoccupés par l’augmentation de la population étrangère. L’UDC n’est pas seule à s’en inquiéter. Le conseiller national libéral genevois Benoît Genecand a soulevé la question de l’acceptation politique de la population étrangère, qui se fait, selon lui, «au détriment du vivre ensemble, des équilibres sociaux et de l’utilisation de l’espace». 

Il y aura bientôt une Suisse à 11 millions d’habitants

FAUX

Il est absolument impossible de faire ce type de prédictions, car elles dépendent fortement de la situation économique en Suisse et chez nos voisins. Les chiffres montrent que les Européens sont de moins en moins attirés par la Suisse (voir graphique ci-contre). 

La libre circulation a apportéune forte augmentation du taux de chômage

FAUX

La libre circulation n’a eu aucune conséquence sur le taux de chômage, qui était de 3,9 % en 2004 contre 3,2% en 2017 (voir graphique ci-contre).

Les 590 millions d’Européens ont le droit de s’installer en Suisse

FAUX

La possibilité offerte aux citoyens de se déplacer librement au sein des pays de l’UE est l’un des quatre piliers fondamentaux du marché intérieur européen. Toutefois, l’accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) conclu entre la Suisse et l’UE est lié à des conditions plus strictes. Si un Français décide de venir s’installer en Suisse, il doit y conclure une assurance maladie et accidents. De plus, il doit être en possession d’un contrat de travail valable ou, s’il s’agit d’un étudiant ou d’un retraité, attester pouvoir subvenir à ses besoins, au moyen des revenus de son activité indépendante ou de sa fortune. Les 590 millions d’Européens ne peuvent donc, sans autre, s’installer en Suisse.

La part de 25% d’étrangers est le double de celui de tous les autres pays européens, excepté le Luxembourg

VRAI

La Suisse est l’un des pays européens qui comptent la plus forte proportion d’étrangers sur son territoire: 24,9% en 2016. Seuls les pays pétroliers ou le Luxembourg présentent des pourcentages plus élevés que la Suisse. 

Dix-neuf ans d’immigration n’ont apporté aucun gain de prospérité aux citoyens suisses

FAUX

Les experts s’accordent à dire qu’il est difficile de prouver statistiquement que les accords bilatéraux ont eu un impact significatif sur la croissance. Il faudrait disposer des chiffres sans les accords, ce qui est évidemment impossible. 

EconomieSuisse s’est toutefois livrée à une analyse de la croissance du PIB par habitant en tenant compte des facteurs extérieurs. Sa conclusion: sans l’impact des accords bilatéraux, le PIB de la Suisse par habitant serait actuellement inférieur de 5,7%. Chaque habitant gagnerait 4400 francs de moins par an environ, selon les calculs de 2016.

Par ailleurs, les salaires réels ont augmenté en Suisse de 1% en moyenne depuis 2000. Ils sont les plus hauts d’Europe.  

La Constitution a été violée en 2016

VRAI

La volonté populaire, exprimée le 9 février 2014, n’a pas été respectée à la lettre. Les documents officiels, consultables en ligne, le reconnaissent, qui précisent que «le Parlement a opté pour une mise en œuvre de l’initiative «Contre l’immigration de masse» compatible avec l’ALCP, mais qui s’écarte quelque peu de la lettre des dispositions». Priorité a été donnée en effet au sauvetage des accords bilatéraux. Les patrons ne seront bridés que pour les groupes de profession, domaines d’activité ou régions économiques qui enregistrent un chômage supérieur à la moyenne.

Ce non-respect de la volonté populaire a laissé des traces. Aujourd’hui, l’épreuve de force avec l’UE semble inéluctable: celle-ci exige un accord constitutionnel qui encadre les 200 accords passés avec la Suisse. Et il n’y a pas de majorité populaire pour cela.  

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."