Bilan

Vie nocturne à Genève : les restrictions ont un coût

Les bistrots de la rue de l’Ecole-de-Médecine ont dû adopter dès septembre 2014 des mesures pour limiter les nuisances. Les chiffres d’affaires sont impactés. La question de la base légale fait débat.
  • Les terrasses des restaurants et bars de Genève doivent composer avec de nouvelles règles en matières de nuisances sonores.

    Crédits: Image: DR
  • L'Elephant dans la canette aurait perdu 15 à 20% de son chiffre d'affaires et a dû se séparer d'un collaborateur.

    Crédits: Image: Genebar

Il y a un peu plus d’une année, la Ville de Genève annonçait une série de mesures destinées à lutter contre les nuisances provoquées par les rassemblements de clients sur les terrasses des bars de la Rue de l’Ecole-de-Médecine. Au programme: une délimitation plus stricte des terrasses grâce à des paravents, mais aussi, une régulation du service suivant le mode «pas de place en terrasse, pas de boisson». A ce moment, nombre de bistrots avaient d’ailleurs déjà engagé du personnel pour tenter de réduire les bruits sur les terrasses et à leurs abords.  

Le contrôle du flux des fêtards a-t-il influencé négativement le commerce ? «Nous ne retrouverons jamais les chiffres d’avant septembre 2014», confirme Yoan Lomet, gérant de l’Eléphant dans la canette. Le bar, qui fait face à la plaine de Plainpalais, a dû se résoudre à appliquer des mesures jugées «radicales» et s’est séparé d’un collaborateur. «Les baisses ont fluctué entre 15 et 20% les premiers mois.

Les mesures exigées par la Ville sont à la charge des exploitants

Pour 2015, elles se sont stabilisées», détaille le gérant, qui reconnaît qu’une forme de régulation était nécessaire. «C’est un mal pour un bien, car cela (nldr : la concentration de clients en terrasse) avait été trop loin». A certains moments, l’Eléphant dans la canette a pu accueillir jusqu’à 600 personnes, attirées par une ambiance sans chichis et de prix populaires, avec une canette de bière à 5 francs. 

Et les autres bistrots de la rue ? Le Collectif des 8 bars de la rue de L’Ecole-de-Médecine ne souhaite faire aucun commentaire, mais le Grand conseil de la nuit estime de son côté qu’il y a bien eu baisse du chiffre d’affaires. «Oui, on restreint le commerce. Il y a un donc un impact sur l’argent qui entre, et à double titre, puisque les mesures exigées par la Ville de Genève, en termes de personnel et d’aménagements, sont à la charge des exploitants», estime Raphaël Pieroni, co-président de cette association d’exploitants et d’usagers de lieux nocturnes.

«De nombreuses choses peuvent impacter le chiffre d'affaires d'un café avec terrasse: la météo, les prix pratiqués et les effets de mode», rappelle de son côté Cédric Waelti, porte-parole du Département de l'environnement urbain et de la sécurité.

Le concept Sonitus pas (encore) consultable en ligne

Quelle est la base juridique ou écrite de ces restrictions du commerce, restrictions qui semblent varier légèrement de bar en bar, par exemple au sujet de la règle une place en terrasse / une boisson, qui peut signifier une place assise ou une place debout ? «Toutes les décisions prises à la rue de l'Ecole de médecine ont été adoptées en concertation avec les établissements, puisqu'elles sont issues d'un groupe de travail qui réunit le Canton, la Ville et les patrons des bars concernés», assure le DEUS.

Cette analyse ne fait pas l’unanimité. «Il n’existe pas de base légale. Ces mesures sont issues à la fois de certains bars et de la Ville de Genève», juge Raphaël Pieroni. Qui regrette que l’ensemble de ces règles ne soient pas rendues publiques. «Le concept Sonitus, qui cartographie les bruits et compile les plaintes, tout en classant les bistrots en fonction de leur niveau de nuisance, n’est pas consultable en ligne», regrette ce géographe. Il le sera, indique le site Internet de la Ville de Genève.

Stéphane Herzog

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Genève forme l'élite mondiale du négoce
Les magasins de sport tirent la langue

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."