Bilan

Vaud vote un fonds de soutien de 17,5 millions contre le franc fort

La création d'un fonds de soutien à l'industrie de 17,5 millions a reçu un accueil enthousiaste mardi au Grand Conseil vaudois lors du débat d'entrée en matière.

Fruit d'un consensus entre Etat, syndicat et milieux patronaux, il s'agit de la première mesure prise par une autorité publique pour lutter contre le franc fort.

Crédits: Keystone

La création d'un fonds de soutien à l'industrie de 17,5 millions a reçu un accueil enthousiaste mardi au Grand Conseil vaudois lors du débat d'entrée en matière. Réponse au franc fort, le projet vise à maintenir et à développer les emplois industriels dans le canton.

La démarche a fait l'unanimité de la commission chargée de l'examiner, a relevé son président le socialiste Nicolas Rochat. Fruit d'un consensus entre Etat, syndicat et milieux patronaux, il s'agit de la première mesure prise par une autorité publique pour lutter contre le franc fort, a-t-il relevé.

Destiné à la création d'activité et non pas à des entreprises au bord du gouffre, le fonds de 17,5 millions prévoit trois types d'aide: le cautionnement bancaire (maximum de 500'000 francs), le prêts avec intérêt (max. 500'000 francs) et des aides à fonds perdu (max.100'000 francs), a relevé le député.

Les formations politiques ont voté l'entrée en matière sans opposition. Ce fonds permet de conserver un savoir-faire, difficile à récupérer une fois perdu, a déclaré le PLR Pierre Volet. L'UDC espère qu'il permettra de maintenir un tissu économique diversifié, a relevé son représentant Michaël Buffat.

AMENDEMENT DE LA GAUCHE

Parmi les voix discordantes, celle de la gauche. "Si nous soutenons l'objectif visé, le maintien des emplois, les conditions de travail doivent aussi être sauvegardées", a souligné le député Jean-Michel Dolivo. Aucune aide ne devra être apportée aux entreprises qui procéderont à des licenciements collectifs avant ou après leur demande. La formation déposera un amendement dans ce sens.

Les Verts ont compris que les critères environnements, sociaux et éthiques empêcheront de distribuer l'argent à des entreprises peu respectueuses, peu vertueuses, a souligné pour sa part Vassilis Venizelos. Le PDC Vaud Libre espère qu'il y aura une doctrine d'intervention, plutôt que des opérations coups de poing, comme aux IRL (ndlr, Imprimeries réunies Lausanne), a déclaré Axel Marion. L'important, c'est que ce fonds soit transparent.

La Vert'libérale Graziella Schaller a rappelé que quand le socialiste Samuel Bendahan avait réclamé la création d'un fonds de soutien à l'industrie en 2013, la majorité de droite avait rejeté cette demande. Samuel Bendahan a lui regretté que le projet n'ait pas été mis sur pied plus tôt, avant l'annonce de la BNS.

Philippe Leuba, chef du Département de l'économie et des sports s'est réjoui de la belle unanimité derrière ce projet. "Que chacun en revendique la paternité, c'est le plus beau compliment que vous puissiez lui faire. Ce qui compte, c'est qu'il s'agisse d'un projet équilibré, qui réponde parfaitement aux besoins du canton", a-t-il déclaré.

La mesure sera financée par la dernière tranche de la dotation extraordinaire de 75 millions affectée en 2011 au soutien à l'industrie et à l'innovation. Entre 2015 et 2017, le canton prévoit de soutenir quelque 60 projets. Tout juste entamé mardi, le premier débat se poursuivra ultérieurement.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."