Bilan

Uri reste le canton le plus attrayant en termes financiers, Genève dernier

Les habitants du canton d'Uri sont ceux qui disposent de plus de moyens pour les dépenses de consommation, selon une étude de Credit Suisse.

Uri reste un canton où les frais de logements sont plus bas, tout comme les primes d'assurance-maladie, et où la charge fiscale est "modérée".

Crédits: Keystone

Sur le plan financier, le canton d'Uri reste le plus attrayant en Suisse. Une fois les dépenses obligatoires et les charges fixes réglées, ses habitants sont ceux qui disposent de plus de moyens pour les dépenses de consommation, selon une étude de Credit Suisse. Genève et Bâle-Ville se retrouvent en queue de peloton.

Dans le cadre de l'étude que mène la banque depuis 2006 sur le revenu disponible, les économistes ont étudié la situation de quelque 2300 communes et les quartiers des grandes villes suisses. Objectif: évaluer l'attrait financier de ces lieux de résidence. Conclusion présentée mardi: en déménageant, même à proximité, les ménages peuvent économiser.

Tout comme en 2011, le canton d'Uri reste le plus attractif. Un canton où les frais de logements sont plus bas, tout comme les primes d'assurance-maladie, et où la charge fiscale est "modérée". Même schéma pour le deuxième du classement, le canton de Glaris.

Tout à l'autre bout, on retrouve les cantons urbains de Genève et de Bâle-Ville. A revenu égal, "les ménages y disposent de moins d'argent en fin de mois pour leurs dépenses de consommation que dans des régions suburbaines ou rurales", précise l'étude. En cause: des frais de logement élevés, une charge fiscale et des primes d'assurance-maladie supérieures à la moyenne.

Sous la moyenne nationale du revenu librement disponible, on trouve également les cantons de Vaud, Bâle-Campagne, Neuchâtel et Zurich. Le premier canton romand est celui du Valais à la sixième place. Fribourg est 16e, le Jura 18e et le canton de Berne 20e.

Au final

A l'issue de leurs recherches, les spécialistes sont parvenus à plusieurs constats. Notamment que les centres sont chers, que le marché des résidences secondaires renchérit la vie des communes touristiques ou qu'en fonction du revenu, les frais de logement ou la charge fiscale sont déterminants. Mais ce n'est pas tout.

Pour la première fois cette année, leurs analyses ont pris en compte les frais de garde d'enfants au niveau des communes. "Car ils ont un impact important pour les familles", a justifié à Lausanne Sara Carnazzi Weber, responsable de la recherche macroéconomiques chez Credit Suisse.

Calculs ardus

Mais le calcul ne fut pas chose aisée tant les frais de garde et les déductions fiscales relatives sont variables, a poursuivi la spécialiste. Dans l'ensemble, ce sont les cantons du Valais, du Jura et de Fribourg qui sont les plus avantageux pour les familles qui recourent à une garde externe, s'agissant d'une couple marié avec deux enfants gardés deux jours par semaine.

Dans ce schéma bien particulier, Bâle-Ville est en queue de peloton, derrière Genève et Zurich. Uri est alors 11e.

De manière générale, la Suisse romande est plus attrayante que la Suisse alémanique pour ces familles. Les cantons y sont plus généreux sur le plan des allocations familiales, du subventionnement des crèches et des déductions fiscales des frais de garde.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."