Bilan

Unia demande à la BNS de rétablir le taux plancher pour l'industrie

Cette annonce arrive le jour même où Swissmechanic, l'association faîtière des PME actives dans les domaines mécaniques, techniques et électrotechniques, dit craindre une désindustrialisation.

Les délégués d'Unia invitent les employeurs à faire pression sur la BNS, qui a décidé en janvier d'abandonner le cours plancher du franc par rapport à l'euro.

Crédits: Keystone

Réunis en assemblée extraordinaire, les délégués du secteur Industrie du syndicat Unia demandent à la Banque nationale suisse (BNS) de rétablir le cours plancher du franc par rapport à l'euro. Les effets du franc fort sur les exportations et le chômage lui font craindre une désindustrialisation.

Les délégués du secteur Industrie d'Unia ont "proposé, par voie de résolution, de former un large front contre la désindustrialisation", indique vendredi le syndicat, dans un communiqué complété de ladite résolution.

Cette annonce arrive le jour même où Swissmechanic, l'association faîtière des PME actives dans les domaines mécaniques, techniques et électrotechniques, dit craindre une désindustrialisation.

Les délégués d'Unia invitent ainsi les employeurs à faire pression sur la BNS, qui a décidé en janvier d'abandonner le cours plancher du franc par rapport à l'euro. Les exportations en souffrent et le chômage augmente, dénonce le syndicat.

"Les récents développements dans l'industrie montrent clairement les effets destructeurs de l'envol du franc", s'alarme Unia. L'organisation syndicale demande de "rétablir au plus vite un cours du franc acceptable."

Le syndicat constate que les exportations des industries MEM et horlogères se sont contractées en valeur au 3e trimestre respectivement de 9,1% et 8,6%. Par rapport à l'année précédente, le chômage a augmenté 15% dans l'industrie, de 22% dans la métallurgie, de 29,9% dans l'industrie des machines et de 33,4% dans l'horlogerie.

L'indicateur de l'emploi du Centre de recherche conjoncturelle (KOF), reflet des attentes des entreprises, est négatif pour le 4e trimestre, ce qui est "annonciateur de vagues de licenciements", craint Unia. Le syndicat constate, en outre, des délocalisations ou l'utilisation de fournisseurs étrangers dommageable pour les PME.

Bruno Müller-Schnyder, ancien collaborateur et expert de la BNS, souligne enfin, dans le communiqué, la responsabilité de cette dernière, qui "est aujourd'hui la seule Banque centrale au monde à ne pas communiquer clairement sa politique monétaire".

"La BNS doit désormais agir pour prévenir une désindustrialisation de la Suisse", appelle le communiqué en conclusion.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."