Bilan

Une formule mathématique pour trouver le job idéal

L'ancien éditeur du magazine Forbes Brett Nelson affirme qu'il a défini une formule mathématique permettant à chacun de savoir quel est le métier qui lui conviendra le mieux.
  • Avec cette formule mathématique, Brett Nelson prétend pouvoir approcher au plus près les critères pour trouver la satisfaction professionnelle.

    Crédits: Image: Barande/CC-BY-SA/Wikimedia
  • Ingénieur en mécanique de formation, Brett Nelson a travaillé pendant quatorze ans comme executive editor chez Forbes: c'est lui qui a défini cette équation mathématique pour calculer son métier idéal.

    Crédits: Image: Forbes
  • Exercer un métier en contact avec des clients peut être vu comme un handicap pour certains ou un atout pour d'autres: c'est un des critères pris en compte par Brett Nelson.

    Crédits: Image: Keystone
  • Certains peuvent préférer un métier stable voire immuable, tandis que d'autres seront en recherche d'évolutions et d'apprentissages tout au long de la vie.

    Crédits: Image: Keystone

Sélectionner sa filière de formation, son cursus scolaire ou son apprentissage, ou encore se réorienter en pleine vie active pour changer de carrière: ce choix se pose à des millions de personnes chaque année. Mais comment déterminer au mieux quelle profession choisir? Les tests et examens visant à définir le meilleur métier pour chacun se sont multipliés ces dernières décennies, au même rythme que l'émergence des conseiller d'orientation.

Mais la validité de ces tests (souvent basés sur les sciences humaines essentiellement) sont régulièrement remis en question. Un Américain, Brett Nelson, qui a été executive editor au magazine Forbes pendant quatorze ans, a décidé d'introduire une part de sciences exactes dans l'approche sur ce sujet. Et cet ancien ingénieur en mécanique a défini le «confidence factor» (facteur de confiance), une formule mathématique qui doit déterminer précisément vers quelle activité et quel poste se tourner pour être le plus épanoui.

Une quinzaine de critères et variables

Cette formule comporte une quinzaine de critères et variables, parmi lesquels salaire, satisfaction, opportunité, temps personnel, culture d'entreprise, santé financière, localisation de l'entreprise, travail d'équipe, évolution professionnelle ou encore interactions. Le concept de Brett Nelson consiste ensuite à associer ces variables et leur coefficiant multiplicateur à une note comprise entre 0 et 100, selon l'importance et la satisfaction accordée à chaque point.

Ainsi, la formule se traduit de la manière suivante: Confidence Factor = 0.2x(Salaire) + 0.15x(Satisfaction) + 0.15x(Employabilité) + 0.1x(Temps personnel) + 0.1x(Culture de l’entrepise) + 0.1x(Santé financière de l’entreprise) + 0.05x(Localisation de l’entreprise) + 0.05x(Travail d’équipe) + 0.05x(Évolution professionnelle) + 0.05x(Interactions dans et hors de l’entreprise). Et si le Confidence Factor se retrouve sous les 60, mieux vaut oublier ce métier; s'il est compris entre 61 et 75, il faut envisager cette activité, mais en sachant qu'il est possible de trouver mieux; et si le résultat dépasse les 75, cette activité convient.

Appréhender les critères

Quant à la note à attribuer à chaque critère, Brett Nelson a esquissé quelques pistes pour arriver à estimer la satisfaction, en fixant une évaluation entre 0 et 100 (0 pour une évaluation totalement négative, 100 pour une appréciation totale):

  • Salaire: Le travail est-il suffisamment rémunéré? Cette rémunération est-elle de nature à financer mon niveau de vie?
  • Satisfaction: Dans quelle mesure ce travail me passionne-t-il? Ou est-ce que j'exerce cette activité mécaniquement et uniquement pour toucher ma rémunération?
  • Opportunité: Ce job me donne-t-il l'opportunité d'évoluer, de mener un projet et d'atteindre des objectifs?
  • Temps personnel: Quel est le volume horaire et me permet-il de mener de front ma carrière et ma vie personnelle avec loisirs, vie familiale,...?
  • Culture d’entreprise: L'environnement de travail (cadre, collègues, hiérarchie) me permet-il de me sentir à l'aise?
  • Santé financière: Quels sont les résultats financiers de la société et est-elle viable sur le long terme?
  • Localisation de l’entreprise: Le lieu où je suis amené à exercer l'activité me convient-il?
  • Travail d’équipe: Travail en solo ou collaboration avec des collègues ou partenaires: les opportunités me conviennent-elles?
  • Évolution professionnelle: Le travail est-il immuable ou m'amène-t-il à évoluer, me former, apprendre et appliquer de nouvelles pratiques? Et en quoi est-ce que cela correspond à mes attentes?
  • Interactions: Quels sont mes contacts professionnels: collègues, hiérarchie, partenaires et fournisseurs issus d'autres entreprises, clients? Est-ce que cela correspond à mes attentes?

Un zeste de prudence

Une fois toutes les notes attribuées à chaque facteur, il faut alors les multiplier selon le coefficient défini par Brett Nelson pour connaître son «confidence factor». Pour être certain que la formule fonctionne, la somme des coefficients doit cependant toujours être supérieure à un, avertit Brett Nelson. Il faut également éliminer les facteurs qui ne sont pas pertinents.

Cependant, et pour éviter de se retrouver avec un procès de personnes déçues, Brett Nelson se prémunit contre des décisions qui seraient uniquement basées sur sa formule mathématique: «Cette formule n’est pas rigoureusement scientifique mais elle vous permettra très certainement de clarifier vos pensées et de prendre les meilleures décisions possibles».

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."