Bilan

Une école suisse à Beijing

L'ambassade helvétique a inauguré récemment une école suisse dans la capitale chinoise. Et un second établissement pourrait ouvrir ses portes à Shanghai.
  • L'école suisse qui ouvre à Beijing est la première du genre dans le pays.

    Crédits: DR
  • L'enseignement est dispensé selon les règles en vigueur en Suisse.

Les liens entre la Suisse et la Chine se resserrent. Cette fois, ce n’est pas par le biais des échanges économiques ou d’un traité politique que les deux pays se rapprochent, mais grâce à la formation. Pour la première fois, notre pays a ouvert une école suisse dans la capitale Beijing. Son inauguration a eu lieu le 30 octobre dernier.

Lire aussi: Les écoles en anglais ont du succès

Reconnue par le gouvernement helvétique, cette école, qui a été créée grâce à une initiative privée, offre une classe maternelle et une autre de niveau primaire 1 et 2. Installée dans le bâtiment de Western Academy of Beijing, elle est ouverte aux élèves âgés de moins de 5 ans au 31 juillet dernier pour la maternelle et à ceux de moins de 7 ans pour la section primaire. Si la demande est suffisante, un jardin d’enfants verra le jour pour les bambins de moins de 3 ans.

Cursus suisse adapté au contexte local

La langue parlée par les enseignants, qui sont au bénéfice d’une formation helvétique, est l’allemand. Le cursus suit celui qui est en vigueur en Suisse, mais il est adapté au contexte local et international dans lequel évoluent les élèves. La qualité de l’enseignement est assurée et contrôlée par des experts du canton de Zurich. Dans le futur, une seconde swiss school pourrait d’ouvrir en Chine: un projet est en effet à l’étude à Shanghai.

Lire aussi: Le grand marché des écoles privées

Avec Beijing, la Suisse compte actuellement 18 écoles à l’étranger. Elles sont installées sur trois continents: en Europe, en Amérique centrale et du Sud, et en Asie. Plus de 8000 élèves, dont environ 1650 de nationalité helvétique, suivent un enseignement dispensé selon les principes suisses. Dans certains établissements, ils peuvent terminer leur formation avec une maturité ou un bac international.

Le rayonnement culturel à l'étranger

Pour profiter du label helvétique et pour obtenir un soutien financier de la Confédération (son aide atteint 19 millions de francs), les écoles suisses doivent répondre à plusieurs critères: la neutralité politique, l’indépendance confessionnelle, le patronage d’un canton et avoir une direction suisse. En d’autres termes, elles ont l’obligation de satisfaire aux exigences de la loi sur l’instruction des Suisses de l’étranger et de l’ordonnance sur l’instruction des Suisses de l’étranger.

De l’avis de l’association éducationsuisse, qui fonctionne comme la centrale du réseau mondial des 18 écoles suisses à l’étranger, ces dernières favorisent le rayonnement culturel de notre pays à l’étranger. C’est en Italie que se sont ouvertes les premières écoles suisses à l’étranger (la première remonte à 1839 à Naples). Certaines ont été fondées à l’initiative des milieux protestants. D’autres pour les enfants de collaborateurs d’entreprises helvétiques.

Lire aussi: Les exportations suisses atteignent un record vers Hong Kong et la Chine

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."