Bilan

Une chaire de l’EPFL s’attaque aux régimes

La fondation de la famille norvégienne Jebsen offre 9,5 millions de francs pour une chaire de professeur, des recherches et une plateforme de communication autour de la nutrition.
  • Aux Etats-Unis, 35% de la population est obèse.

    Crédits: Digital Vision/Getty Images
  • Décédé en 2004, Kristian Gerhard Jebsen a donné son nom à une fondation.

    Crédits: Dr

Selon l’OMS, 1,9 milliard d’individus sont en surpoids dans le monde, dont 600 millions d’obèses. Rien qu’aux Etats-Unis, au cours des 35 dernières années, le nombre d’obèses a doublé (35% de la population). Quand bien même, 45 millions d’Américains font un régime chaque année! Ce paradoxe est le fruit de la jungle que reste un secteur de la nutrition envahi de régimes et d’aliments fonctionnels aux bienfaits plus ou moins scientifiquement étayés. 

En même temps, chacun comprend que l’alimentation joue un rôle prépondérant sur notre santé et sur sa prévention à un moment où les coûts thérapeutiques explosent. La question passionne Kristian Jebsen. Au point qu’il effectue un des plus gros dons privés jamais faits à l’EPFL (9,5 millions de francs sur cinq ans), au travers de la fondation créée en mémoire de son père, pour s’y attaquer. 

Ce programme va aboutir à la création d’une nouvelle chaire de professeur en métabolisme pour laquelle 35 candidats sont évalués actuellement. Il est aussi accompagné d’un programme de recherche multidisciplinaire, pouvant impliquer des institutions partenaires telles que le CHUV, l’Unil ou l’UniGE.

En outre, ce financement prévoit l’acquisition de nouveaux instruments de recherche s’il s’avère qu’ils manquent dans les institutions de la Health Valley. Enfin, et peut-être surtout, l’accord prévoit la création d’une plateforme de communication pour que les spécialistes et le public puissent être formés et informés du sérieux des allégations santé des aliments. Cela inclut un symposium sur ce sujet en 2017 et la création d’un cours en ligne (MOOC). «Rendez-vous compte qu’au cours de leurs sept ans de formation, les médecins ne reçoivent pas plus de deux heures de cours sur la nutrition», s’exclame Kristian Jebsen.

«Nous avons cherché comment avoir le plus d’impact», poursuit le président d’une des deux fondations créées par sa mère en hommage à son époux, décédé en 2004. Comptant parmi les fondations donatrices de taille significative installées en Suisse, selon la cheffe de la philanthropie de Lombard Odier, Karin Jestin, qui la conseille, la Fondation Kristian Gerhard Jebsen est le fruit de la fortune bâtie dans le transport maritime par cet entrepreneur de Bergen en Norvège. 

La nutrition, parent pauvre de la médecine

Venu en Suisse il y a huit ans avant d’y déménager le siège de Gearbulk, une entreprise contrôlant 65 cargos spécialisés dans le transport en vrac de produits forestiers qu’il dirige, son fils, Kristian Jebsen, en explique la philosophie: «Nous soutenons des projets plutôt dans le champ social.

Cela va d’une participation à la restauration de la frégate anglaise «Cutty Sark» à l’équipement d’une salle d’opération d’oncologie pédiatrique au Brésil, ou des projets de recherche sur le changement climatique à l’Imperial College de Londres.» La fondation est aussi le support du programme éducatif en ligne, TED-ed. 

Dans ce cadre, Kristian Jebsen a eu l’occasion de mesurer la soif du public pour les informations sur les liens entre nutrition et santé. «La deuxième vidéo la plus vue est celle expliquant comment le sucre interagit avec le cerveau.» A partir d’une première rencontre avec le président de l’EPFL Patrick Aebischer en mai 2014, puis avec la doyenne de la Faculté des sciences de la vie Gisou van der Goot, le projet a progressivement pris forme pour inclure des recherches fondamentales. La plateforme de communication apportera au public des informations scientifiques dans le domaine des assertions santé de la nutrition. Diplômé d’HEC Lausanne, Kristian Jebsen n’est pas tendre sur ce sujet avec les industriels. 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."