Bilan

Une journée à l’hôtel: l’offre séduit en Suisse

De plus en plus d’établissements proposent leurs chambres à la clientèle durant la journée, sans la nuit. Pour des siestes coquines, et bien d’autres activités encore.

Les tarifs «dayuse» sont utilisés à la fois par les couples et par une clientèle business.

Crédits: Westend61/getty images

A Lausanne, dans l’agréable quartier sous-gare, le boutique hôtel Carlton met ses chambres à disposition pour une occupation diurne, ce que l’on appelle aujourd’hui «dayuse», pour 125 francs, un prix inférieur de 30% à celui de la nuit. «Les utilisations dayuse représentent 2% du total de nos réservations. Il s’agit à 80% de couples et 20% de clients business», dévoile le directeur, Nicolas Lagier.

La révolution digitale est à l’origine du boom de ce nouveau type d’offre. C’est le site internet français dayuse.com qui a révélé le créneau. Cette société occupe aujourd’hui une position dominante mondiale sur ce marché. Grâce à cet intermédiaire, les personnes effectuent leur réservation sur le web. Des services de conciergerie externes permettent de se faire préparer du champagne. Des possibilités qui assurent, si besoin, de profiter d’un maximum de discrétion. Toujours sur dayuse.com, à Genève, le cinq-étoiles Mövenpick Hôtel & Casino met à disposition des chambres de 9 à 17h pour 155 francs, avec business center, navette, salle de fitness, etc.

«La société actuelle est devenue beaucoup plus mobile et les modes de consommation ont évolué. Il y a maintenant une réelle demande pour travailler au calme dans un bureau ponctuel lorsque l’on est en déplacement, se détendre quelques heures dans une chambre confortable ou profiter d’un spa dans un hôtel de luxe en journée», explique David Lebée, fondateur de dayuse.com.

Cette entreprise, créée par le Français en 2010 (il avait 29 ans) avec sa sœur et un ami d’enfance, a connu une success-story. Auparavant directeur dans l’hôtellerie, il avait constaté l’existence d’une clientèle qui désirait louer des chambres à la journée mais ne trouvait pas d’offre adaptée. En 2015, la startup a levé 15 millions d’euros auprès d’acteurs majeurs du secteur (le cofondateur du groupe Accor et fonds d’investissements).

Aujourd’hui, dayuse.com compte 5000 hôtels partenaires sur tous les continents, dans 25 pays avec les Etats-Unis et l’Asie comme principaux marchés. David Lebée reprend: «La Suisse montre une adhésion forte au concept et enregistre une croissance en ligne avec les attentes. Mais vu la petite taille du pays, ce marché représente moins de 5% de notre chiffre d’affaires.»

Dayuse.com a identifié trois segments couvrant chacun un tiers du chiffre d’affaires. Il y a d’abord les voyageurs en transit. «En Suisse dans les environs des aéroports, il y a des hôtels qui proposent des chambres disponibles durant la journée pour les touristes en stop-over et le personnel de vol des lignes aériennes depuis des années», confirme Karin Sieber, porte-parole de l’association faîtière HotellerieSuisse.

Un deuxième segment provient de la clientèle business et des travailleurs nomades de passage dans les grandes villes et les centres d’affaires. Et le troisième recouvre la clientèle loisir. «Dans les villes où il y a de grands resorts, comme Miami, Dubaï ou Singapour, les familles s’installent à l’hôtel pour une journée afin de profiter des équipements, comme pour une excursion. Il existe aussi une clientèle locale qui aime découvrir des adresses de luxe dans sa propre ville», détaille David Lebée. Les couples s’inscrivent dans cette catégorie et constituent entre 20 et 25% de la clientèle totale.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."