Bilan

Un village en ruines cherche son repreneur en Turquie

La Turquie met en vente un village complet. Le pays cherche un investisseur pour dynamiser le site de Kayaköy, un village grec abandonné depuis 1923.
  • Le village est inoccupé depuis 1923, mais l'Etat turc cherche à redynamiser le secteur en misant sur le tourisme.

    Crédits: Image: Wikimedia/CC-BY-SA/Darwinek
  • Certaines églises grecques orthodoxes ont plus de 400 ans et présentent des fresques de grande valeur.

    Crédits: Image: Wikimedia/CC-BY-SA/Orderinchaos
  • Le village de Kayaköy est situé au pied des Monts Taurus et à proximité de la côte, ce qui laisse la possibilité de développer une offre touristique complète entre activités balnéaires, découverte culturelle et archéologique et pratiques sportives dans l'arrière-pays.

    Crédits: Image: Alamy
  • Jusqu'en 1923, Kayaköy comptait plus de 2000 habitants, quasiment tous grecs orthodoxes. Ce sont les échanges de populations convenus suite à la guerre greco-turque qui ont conduit à l'abandon du site.

    Crédits: Image: Alamy
  • Les centaines de maison encore sur pied offrent un témoignage historique de grande valeur.

    Crédits: Image: Alamy
  • Depuis 89 ans, plus personne ne vit dans ces ruines et seuls quelques échoppes précaires sont occupées par des vendeurs à la belle saison.

    Crédits: Image: Alamy
  • Pour le moment, seuls quelques centaines de randonneurs sillonnant la côte cilicienne ou des amateurs de villages fantômes se rendent à Kayaköy chaque année.

    Crédits: Image: Alamy
  • En mettant aux enchères ce bail de 49 ans pour le site de Kayaköy, les autorités turques espèrent dynamiser le tourisme d'une région en retard par rapport à d'autres secteurs du pays.

    Crédits: Image: Alamy

Voici 89 ans, les derniers habitants de Kayaköy quittaient le village. Suite au conflit gréco-turc, des échanges de populations avaient été convenus et les 2000 habitants, très majoritairement grecs orthodoxes, du village situé dans le Sud-Est de la Turquie, sur la côte qui fait face à Rhodes, ont quitté leurs maisons pour gagner la Grèce.

Vidé de ses habitants, le village s'est figé pendant plusieurs décennies. Jusqu'à ce que les éléments naturels viennent le transformer: une série de petits séismes et un incendie majeur dans les années 1950 ont fait des ruines de ces maisons autrefois occupées par des familles surtout tournées vers l'artisanat.

Des maisons et églises du XVIIe siècle

Or, cette région du Sud-Est de la Turquie ne bénéficie pas des mêmes atouts touristiques que d'autres spots privilégiés vers la Mer Egée ou Istanbul, alors même qu'Antalya n'est qu'à un peu plus d'une heure de route. Dans cette région, peu d'infrastructures et des investissements réduits n'ont pas permis d'attirer les foules. Alors même que Kayaköy présente un grand intérêt historique. En effet, les villages grecs désertés près des grands pôles urbains ont été réoccupés par des familles turques après leur abandon en 1923. Ici, l'abandon de près d'un siècle a préservé près de 500 maisons, mais aussi des commerces et églises traditionnelles datant pour certaines du XVIIe siècle.

Ces témoignages du passé ont valu à Kayaköy de nombreuses protections, dont celles de l'Unesco par son programme World Friendship and Peace Village, ou encore celles des autorités turques conscientes du fait qu'elles disposent là d'un site de grand intérêt et qui lui ont accordé le statut de site archéologique préservé en 1988. Mais ces dernières ne sont pas prêtes à débloquer les fonds nécessaires à la mise en place d'une offre touristique complète. D'où l'appel au privé.

Un bail de 49 ans

Après une première procédure infructueuse en 2013, l'offre a été revue et élargie cet été et la mise en vente annoncée mi-septembre. Désormais, c'est un bail de 49 ans qui est proposé aux investisseurs potentiels, avec la possibilité dorénavant de s'implanter dans un tiers du village-fantôme au maximum pour y édifier hôtels, commerces, musées, restaurants,...

Cette nouvelle offre a déjà trouvé un écho favorable: deux sociétés turques ont transmis une offre dont le Daily Mail rapporte qu'elle s'élèverait autour de douze millions de francs. Mais le dossier est à l'étude car les autorités n'entendent pas laisser des privés réaménager le site sans prendre un minimum de précautions pour préserver cette richesse patrimoniale. Car, en plus de la construction d'une offre touristique conséquente, le bail prévoit aussi que l'investisseur sera en charge de l'entretien et de la protection du site.

Le prélude d'une résurrection du site? Dès le début d'année, un premier signe allait dans ce sens avec le tournage de plusieurs scènes du prochaine film de l'acteur et réalisateur Russel Crowe, The Water Diviner, à Kayaköy, comme le signalait Hürriyet Daily News.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."