Bilan

Un tiers de la hausse des prix immobiliers est du à la spéculation

Un tiers de la hausse des prix de l'immobilier ces cinq dernières années est imputable à la spéculation dans le secteur.

Après la crise de 2008, de nombreux investisseurs se sont réfugiés dans l'immobilier, ce qui alimenté une poussée spéculative.

Crédits: Keystone

Un tiers de la hausse des prix de l'immobilier ces cinq dernières années est imputable à la spéculation dans le secteur. Pour 2014, l'augmentation s'est élevée à 2,5% pour les appartements en propriété et à 1,5% pour les maisons individuelles. L'évolution des taux d'intérêts et les difficultés relatives aux surfaces de bureaux constitueront les deux thèmes centraux pour le secteur en 2015, selon une étude publiée jeudi par UBS.

Le logement en propriété s'est renchéri de près de 30% en cinq ans en termes réels, constate la grande banque. Après la crise de 2008, de nombreux investisseurs se sont réfugiés dans l'immobilier, ce qui alimenté une poussée spéculative. Les augmentations enregistrées depuis ne reposent pas sur des fondements solides et déséquilibrent le marché, selon UBS.

En 2015, la banque prévoit une augmentation de 0,5% des prix des maisons individuelles et de 1,5% pour les appartements en propriété à l'échelle suisse. Les agglomérations pourraient subir des hausses plus importantes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."