Bilan

Un peu d'oxygène pour les entreprises grecques sous contrôle des capitaux

Trois milliards d'euros ont été perdus par l'économie grecque depuis l'instauration du contrôle des capitaux, qui s'est également traduite par une fermeture des banques durant trois semaines.

"Nous allons résoudre les problèmes créés" par le contrôle des capitaux, a affirmé le gouverneur de la Banque de Grèce Yannis Stournaras.

Crédits: Dr

De nouvelles dispositions assouplissant le contrôle des capitaux pour les entreprises grecques, freinées dans leurs importations, ont été évoquées vendredi lors d'une rencontre entre les représentants du patronat, du ministère des Finances et de la Banque de Grèce, a-t-on appris de sources concordantes.

"Au cours des dix prochains jours, nous allons résoudre les problèmes créés" par le contrôle des capitaux, a affirmé le gouverneur de la Banque de Grèce Yannis Stournaras, à l'issue de cette rencontre, selon un communiqué.

Il a notamment souligné que les banques pouvaient désormais autoriser elles-mêmes des paiements de facture de leurs clients professionnels à l'étranger jusqu'à un montant de 100'000 EUR, et non plus 50'000 EUR, sans passer par la procédure plus lourde de la commission gouvernementale dédiée à délivrer ces habilitations.

"Ce relèvement du plafond à 100'000 EUR couvre 70% des demandes des professionnels. C'est entré en vigueur aujourd'hui, c'est positif, nous devrions en voir les effets la semaine prochaine", a indiqué à l'AFP Vassilis Korkidis, président de la fédération des commerçants (ESEE).

Des commissions chargées d'autoriser les paiements des entreprises à l'étranger vont également être créées dans toutes les banques pour désengorger la commission centrale, a indiqué M. Stournaras.

Il a estimé que, malgré ce contrôle des capitaux entré en vigueur le 29 juin pour protéger le système bancaire grec, la situation était "assez satisfaisante", affirmant que le montant des paiements à l'étranger autorisés par le gouvernement au cours de cette période était "très proche de ce que l'économie grecque réalise en importations mensuelles en temps normal".

Selon les chiffres de la banque centrale, 1,5 mrd EUR de factures ont été approuvés par le gouvernement entre le 29 juin et jeudi, mêlant des achats dans le secteur alimentaire, de l'énergie, de la pharmacie, des matières premières.

Les entreprises grecques ne cessent elles de tirer la sonnette d'alarme depuis l'entrée en vigueur du contrôle des capitaux, pour une durée indéterminée, s'inquiétant de pénuries à venir si elles ne sont pas en capacité de pouvoir renouveler leurs stocks.

Les associations professionnelles font état de milliers de conteneurs bloqués dans les ports grecs faute de règlement et de hausse des demandes de paiement en liquide de la part de leurs fournisseurs.

Le président de la fédération patronale grecque (SEV), Theodoros Fessas, a relevé, à l'issue de la rencontre à la Banque de Grèce, que l'économie grecque importe pour un montant de 40 mrd EUR annuels, soit environ 150 mio par jour.

Selon le président de la Chambre de commerce d'Athènes, quelque trois milliards d'euros ont été perdus par l'économie grecque depuis l'instauration du contrôle des capitaux, qui s'est également traduite par une fermeture des banques durant trois semaines.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."