Bilan

Un investisseur chinois débloque le dossier du golf de Gruyère

Un complexe résidentiel et hôtelier de 300 millions de francs va se construire au bord du lac de Gruyère et de son golf. Un riche financier de Pékin, Li YongJun, en sera l’actionnaire à 50%.

Un complexe hôtelier de luxe devrait voir le jour près du lac de la Gruyère.

Crédits: Suisse Tourisme

Gruyère, son fromage, son château, son lac et son golf 18 trous... Il faudra ajouter bientôt son complexe résidentiel de luxe au bord de son lac de carte postale, face au Moléson. C’est un riche chinois de Beijing, Li YongJun, qui en sera l’investisseur pour 50% à côté des actionnaires actuels, Urs et Martine Müller (20%) et de l’entrepreneur haut-savoyard Michel Benedetti (30%): «Monsieur Li, par le biais de sa société Yong Xin Hua Yun Cultural Industry Group, est venu voir le site. Il a été séduit pas la beauté des lieux et décidé d’y investir. Il a déployé des activités prospères dans l’immobilier et l’hôtellerie en Chine et à l’étranger».

Lire aussi: «Nous n’abandonnons pas le Golf Resort La Gruyère»

Selon l’administrateur du golf de la Gruyère Urs Müller, il est un acteur important dans le domaine culturel de son pays, membre actif de l’UNESCO et président pour l’Asie de la Global Hope Coalition, une organisation qui lutte, en lien avec les Nations Unies, contre l’extrémisme et l’intolérance, afin de protéger les héritages culturels nationaux, notamment l’artisanat chinois: «Nous avons trouvé en M. Li non seulement un partenaire d’affaires, mais aussi un homme respectueux et amoureux des traditions et de la culture de la Gruyère et du canton de Fribourg.»

Unique en Suisse

«Le contrat final été signé, la machine est en marche», poursuivent les promoteurs suisses, lui d’origine lucernoise et son épouse Martine d’origine cannoise. Le Golf Resort La Gruyère sera un projet immobilier et touristique unique en Suisse, comprenant un hôtel haut de gamme de 80 chambres et suites, trois restaurants dont un gastronomique, des salles de séminaire, un centre de bien-être (spa) de 2'500 m2, 20 à 30 résidences hôtelières (entre 80 et 120 m2) gérées par l’hôtel, 105 appartements de grand luxe de 2 à 5 ½ pièces vendus à des Suisses et à des étrangers, ainsi que le golf 18 trous redessiné et agrandi. Le tout, construit en trois étapes, est estimé à 300 millions de francs.

Lire aussi: Le chantier du Golf de la Gruyère au ralenti

Pas de problème avec la Lex Weber, assure Urs Müller, la commune de Pont-la-Ville étant loin de la barre des 20% (actuellement à 8%) et pouvant accueillir encore 40 résidences secondaires. Et pas de problème avec la LAT, le projet étant antérieur aux nouvelles dispositions. Enfin, la région étant une zone touristique, il est possible de vendre (jusqu’à 200 m2 de surface) des appartements à des ressortissants hors de l’Union européenne, que ce soit des Américains, des Moyen-Orientaux ou des Chinois. Mais les promoteurs préférèrent un bon mix de nationalités. Pour la sécurité des hôtes, un poste de contrôle situé à l’entrée du domaine sera opérationnel sept jours sur sept et 24 heures sur 24 avec des caméras extérieures et écrans de contrôle.

Pour Pont-la-Ville et ses 600 habitants, le projet est intéressant à différents points de vue. Il va permettre de créer 150 à 160 emplois, tout en apportant à la commune de nouveaux contribuables, voire de riches étrangers au forfait fiscal (une demi-douzaine), sans avoir à construire de nouvelles écoles, routes ou salles communales. Le projet final a été agréé par les autorités communales et cantonales, et présenté à la population en septembre. Il n’a réuni que deux oppositions qui ont été retirées: «Ce projet constituera une locomotive fantastique sur le plan touristique de toute la région, estiment les promoteurs. Notre partenaire chinois est ravi du projet, même s’il n’a pas toujours compris que cela pouvait prendre cinq ans pour son acceptation et encore cinq ans jusqu’à sa réalisation finale».

Lire aussi: Des Chinois s’offrent les palaces suisses

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."