Bilan

Un immense cargo suisse naît au Vietnam

L’armateur Suisse-Atlantique a baptisé un nouveau navire marchand. Avec ses 87 000 tonnes, jamais le pavillon suisse n’avait connu un cargo aussi volumineux.
  • Crédits: Mike Gorski
  • Jean-Noël André supervise la construction  du «Tzoumaz» (ci-contre).

    Crédits: Mike Gorski

Hymne national, ambassade et consulat de Suisse, marraine lausannoise pour briser la bouteille de champagne contre la coque du monstre... Le chantier de Nha Trang, au sud du Vietnam, a vécu le 10 septembre à l’heure helvétique. Il s’agissait de baptiser son dernier-né du nom d’un petit village valaisan, La Tzoumaz, au-dessus de Riddes. 

Pour le No 1 du transport maritime suisse, le lancement du «Tzoumaz» est à marquer d’une ancre blanche à plusieurs titres: «Le chantier naval vietnamien a bien travaillé. Nous allons encore lancer deux autres cargos du même type dans les prochains mois», se réjouit Eric André, président de Suisse-Atlantique basée à Renens (VD). La marraine du navire est son épouse, Geneviève André.

Elle a choisi le nom de «Tzoumaz» pour son amour des pistes dominant Verbier. Traditionnellement, les navires suisses portent des noms à consonance géographique ou historique suisse: «Général Guisan», «Romandie», «Lausanne», «St-Cergue», etc. Les deux prochains en cale sèche sur le chantier vietnamien seront baptisés «Diavolezza» et «Bregaglia». Deux autres bateaux de taille Panamax (60 000 tonnes) ont été commandés au Japon pour 2017.

Créée lors de la dernière guerre pour assurer le ravitaillement du pays, la marine suisse a construit ses derniers navires au Japon, à Taïwan et en Corée. Hausse des salaires aidant, c’est au Vietnam, mais sous contrôle coréen, que l’armateur a assemblé trois monstres d’acier. A Nha Trang plus exactement, Hyundai-Vinashin emploie 5000 ouvriers affairés à construire des navires en cale sèche de la taille Postpanamax. Pour une capacité de 87 000 tonnes, ils sont taillés pour traverser les nouvelles écluses du canal de Panama et peuvent accroître leur capacité de chargement de 30%. Longs de 240 m pour 38 m de largeur, ils atteignent un prix de 33 millions de francs.

En attendant le nouveau canal

«Le canal de Panama a pris du retard et ne sera ouvert qu’en octobre 2016», ajoute Jean-Noël André, qui supervise la construction depuis trois ans et demi. Ex-pilote Crossair et Easyjet, âgé de 42 ans, le fils aîné d’Eric André redescend sur terre – ou plutôt sur mer… – pour reprendre la barre de la société familiale, héritage du géant mondial du grain créé à Nyon par ses aïeux en 1877. 

En attendant, le «Tzoumaz» sera obligé de contourner l’Amérique pour relier la côte est des Etats-Unis et gagner la Chine ou le Japon, mais ce n’est que partie remise. Le passage des six écluses de Panama fait gagner quinze jours de navigation.

D’ici à quelques jours, le «Tzoumaz» va quitter le Vietnam, faire le plein de carburant à Singapour et rejoindre l’Afrique du Sud pour charger du charbon destiné à l’Ukraine. Privé du Donbass, Kiev doit trouver d’autres fournisseurs pour ses usines thermiques.

Le premier capitaine du nouveau navire est un Croate, comme tout son équipage, sauf le cuisinier, un Bernois de Thaïlande. Actuellement, la marine suisse ne compte que deux officiers suisses résidant l’un aux Philippines et l’autre en Argentine. Les voyages au long cours ne séduisent plus les candidats suisses, bien qu’un commandant gagne plus de 10 000 francs par mois. En restera-t-il lorsque le pavillon à croix blanche fêtera ses 75 ans en avril à Bâle, lieu d’enregistrement de la quarantaine de cargos affrétés par une demi-douzaine d’armateurs? En formation, un jeune Suisse devrait avoir gagné ses galons d’ici là. Le dernier des Mohicans marins. 

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."