Bilan

Un sauvetage qui coûtera 42 milliards

Le Conseil fédéral a annoncé un large plan de soutien pour les entreprises, les entrepreneurs et les indépendants du pays. Son but: éviter les licenciements et garantir les salaires.

  • Quelque 100 millions seront consacrés à soutenir le monde du sport, mis à mal par la fermeture publique des stades.

    Crédits: Jean-Christophe Bott/Keystone
  • Les magasins alimentaires sont épargnés par la crise: dans les supermarchés, les rayons sont vides.

    Crédits: Jean-Christophe Bott/Keystone

Vendredi 20 mars, le Conseil fédéral lançait une bouée de sauvetage à l’économie helvétique paralysée par la pandémie de Covid-19. Le gouvernement débloquera quelque 42 milliards de francs afin d’atténuer les conséquences de la crise du coronavirus. Les autorités n’ont laissé aucun doute sur leur détermination, ajoutant 32 milliards de francs aux 10 milliards annoncés une semaine plus tôt. Un programme qui éloigne l’éventualité d’un krach et rassure les acteurs économiques.

Ministre des Finances, Ueli Maurer indique que sortir cet argent ne sera pas possible sans nouvelles dettes. Néanmoins, ces nouvelles charges doivent être supportables, car la Confédération a réalisé des excédents ces dernières années. Et grâce au frein à l’endettement, le montant des anciennes dettes a diminué d’environ 37 milliards de francs.

A droite, des voix mettent en garde contre le versement d’aides à des entreprises qui étaient déjà en difficulté avant la crise. Prolonger leur existence artificiellement en ferait des «zombies». Président de l’USS (Union syndicale suisse), Pierre-Yves Maillard soutient quant à lui que les banques ne devront pas tirer profit de ce programme. Le conseiller national vaudois socialiste milite également pour que les aides financières ne profitent pas uniquement aux patrons mais à l’ensemble des collaborateurs. Récapitulatif des principales mesures fédérales.

RHT

Dans le cadre des réductions de l’horaire de travail (RHT), le délai de carence est supprimé et le cercle des bénéficiaires a été élargi, incluant notamment les travailleurs au bénéfice d’un CDD (contrat à durée déterminée). Un volume de 14 milliards de francs a été débloqué pour couvrir ce poste. Le chômage partiel doit prévenir une vague de licenciements et permettre de maintenir les revenus des salariés. Les demandes de RHT sont à effectuer auprès des cantons (voire pages précédentes).

APG

Désormais, les indépendants ne pouvant pas faire valoir d’indemnités RHT et les entrepreneurs qui subissent des pertes bénéficient de l’assurance perte de gains (APG). L’indemnité journalière peut atteindre 196 francs. La période de droit est limitée à dix jours en cas de quarantaine et à trente jours pour les parents qui doivent s’occuper de leurs enfants privés d’école et qui ne peuvent plus exercer. Les caisses de compensation AVS ont mis en ligne des formulaires afin de garantir un accès rapide aux allocations pour les indépendants.

Soutien aux liquidités

Le Conseil fédéral a lancé un programme de prêts relais aux entreprises pour un montant de 20 milliards de francs. Le gouvernement assume l’intégralité du risque pour les prêts bancaires jusqu’à 500 000 francs et garantit 85% de la somme pour les montants supérieurs.

Report des paiements

Le Conseil fédéral a suspendu les poursuites au 19 mars et jusqu’au 4 avril sur toute la Suisse. Les charges de sécurité sociale et les impôts sont également reportés. Aucun intérêt de retard ne sera perçu. La Confédération va de son côté payer ses fournisseurs immédiatement.

Culture, sport et tourisme

Quelque 280 millions de francs vont à la culture et 100 millions vont au sport. La Confédération renonce au remboursement des prêts dans le tourisme.

Adresses utiles: La page seco.admin.ch héberge un formulaire de contact et une adresse mail: coronavirus@seco.admin.ch
Des informations utiles aux entreprises disponibles sur la page Seco Nouveau coronavirus (faire une recherche sur internet)
Infoline du Seco (Secrétariat à l’économie): 058 462 00 66
Les adresses des caisses de compensation sont disponibles sur ahv-iv.ch/fr, sous l’onglet Contacts.
Les informations pour les PME suisses: www.kmu.admin.ch.
L’Union suisse des arts et métiers informe sur le site www.sgv-usam.ch.
Pour les problèmes de liquidité, contacter son partenaire bancaire.


«Une solution qui crée de la confiance»

Mesures «Un programme de grande envergure crée la confiance au sein de la population et de l’économie. Avec son plan, le gouvernement a démontré qu’il est prêt à aider dans une large mesure.» Professeur d’économie à l’EPFZ (Ecole polytechnique fédérale de Zurich), Hans Gersbach salue dans la «NZZ am Sonntag» les mesures annoncées vendredi dernier par le Conseil fédéral. «Pour lutter contre la pandémie, les citoyens doivent se maintenir à une distance de deux mètres les uns des autres. Un parachute de secours garanti est le meilleur moyen de faire respecter les normes de sécurité.» S’il approuve les grandes lignes du projet de la Confédération, Hans Gersbach préconise néanmoins avec Jan-Egbert Sturm, directeur de l’Institut KOF de l’EPFZ, la mise sur pied d’un plan bien plus important, portant sur une somme de 100 milliards de francs au lieu des 42 milliards prévus, soit plus du double. Les économistes ont établi cette somme de 100 milliards sur la base des scénarios les moins optimistes pour la sortie de crise.

Même s’il reste encore beaucoup de questions en suspens (le montant des intérêts facturés par les banques, les délais pour les remboursements et d’autres modalités), l’ensemble des observateurs, des forces politiques et des partenaires sociaux saluent la réaction du Conseil fédéral face à cette situation extrême. Certes, les mesures auraient pu être annoncées plus rapidement. Mais en comparaison avec ce qui se passe dans d’autres pays où chaque politique tente de tirer la couverture à soi, les autorités helvétiques montrent une cohérence et un respect de la population remarquables. Une culture du consensus et du profil bas fait que ministres, hauts fonctionnaires, patronat et partenaires sociaux tirent tous à la même corde.


Les indépendants restent dubitatifs

Réactions Soulagement. Le chômage partiel sera désormais accordé aux indépendants salariés de leur SA/Sàrl, après décision du Conseil fédéral le 20 mars. Un projet d’«ordonnance Covid-19 assurance chômage» prévoit qu’on déroge à l’article 31 de loi sur l’assurance chômage, qui les excluait jusqu’à présent des prestations alors qu’ils cotisent intégralement sur leur salaire.

«Nous, indépendants, sommes plus que soulagés par ces mesures», indique Sandrine Bernheim-von Roth, vice-présidente de l’Association des intérêts de Carouge (GE). Les patrons salariés, conjoints et apprentis auront droit à la réduction horaire de travail (RHT). Les indépendants «non salariés» rémunérés par des honoraires auront droit à des indemnités de l’allocation pour perte de gain, avec un montant forfaitaire par jour.

«Par contre, le problème lié au financement des charges reste entier, regrette la commerçante carougeoise qui dirige une boutique de prêt-à-porter. Les prêts ne sont pas une solution pour une majorité d’entre nous, qui n’avons pas les reins assez solides pour nous endetter. C’est reculer pour mieux… couler.»

La mesure temporaire de l’assurance chômage est salutaire pour les PME mais décevante dans son étendue, estime Cédric Portier, associé chez Gros&Waltenspühl. «Le projet d’ordonnance prévoit à son article 5 que, pour ces entrepreneurs de PME, un montant forfaitaire de 3320 francs est pris en compte comme gain déterminant pour un emploi à plein temps. En d’autres termes, l’entrepreneur sera dédommagé à concurrence de maximum 2656 francs (80% de 3320) s’il doit rester intégralement à la maison.» Pour l’expert, sachant que le salaire médian suisse se situe à environ 6500 fr. par mois, l’entrepreneur sera dédommagé moins qu’un travailleur non qualifié de son entreprise. «En conclusion, à cause de l’article 5, le projet rate complètement sa cible et représente quasiment un affront aux centaines de milliers de PME suisses.» L’avocat espère que le Conseil fédéral va «ajuster ce plafond inique dans le cadre du projet final ces prochains jours».

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."