Bilan

Un nouveau paradigme s’ouvre

L’auteur, Jonathan Normand explique pourquoi selon lui la mesure sociétale et environnementale trouve sa place dans le bilan des entreprises.

A la tête de l’ONG Best for Geneva, Jonathan Normand est le cofondateur de l’antenne suisse du réseau de certification éthique B Lab.

Crédits: Georges Cabrera

Le pilotage des entreprises, et plus largement de notre société, entre dans une nouvelle ère: celle de la transparence et de la mesure tangible des externalités autres qu’économiques, soit les pratiques sociales et environnementales. Loin d’une utopie ou d’un idéalisme, car les nouvelles nous le confirment, il faut s’adapter face aux enjeux d’un monde globalisé et à bout de souffle: la vieille recette (modèle de croissance) ne fonctionne plus. Un nouveau paradigme de développement inclusif est possible et je me propose de vous en partager quelques éléments au niveau global et local.

La mesure endogène et exogène des externalités sociétales et environnementales est au cœur de la mission de B Lab et compte aujourd’hui plus de 42 000 entreprises à travers le monde. Ce dispositif est doté d’un benchmark couvrant 150 secteurs d’activité différents. Les nombreux cas d’étude réalisés sur les 2600 entreprises certifiées BCorporation (68% sont des PME), contenant des données de qualité, démontrent que, quels que soient la taille ou le secteur d’activité, il est possible de redéfinir la notion de performance dans le monde des affaires! 

Agir au niveau local et global

Deux actions clés ont été amorcées cette année pour réaliser l’accélération de la prise en compte de l’agenda 2030, le plan national pour le développement durable, par le secteur privé, afin de répondre aux 17 objectifs de développement durable (ODD) signés par plus de 180 pays. Toutes deux répondent aux mêmes objectifs de transformation. 

La première action, globale, annoncée en juin 2018, est la collaboration de B Lab avec l’agence onusienne UN Global Compact, qui a pour objectif d’équiper plus de 100 000 entreprises d’ici à 2021 afin qu’elles mesurent leur triple impact à l’aide de l’outil d’évaluation B Impact Assessment. Ce cadre d’indicateurs permettra à ces dernières d’élaborer des stratégies de mise en œuvre et d’allouer les ressources en conséquence ainsi qu’un rapport d’amélioration. L’ensemble permettra de mesurer les progrès accomplis pour la réalisation des ODD.Aujourd’hui plus que jamais, une approche transversale doit être considérée pour aborder les enjeux durables comme un ensemble intégré. De nombreuses questions importantes, telles que l’équité des sexes, la santé, la consommation, la production durable et la nutrition, recoupent des objectifs et des cibles interdépendants. Les progrès dans un domaine dépendent souvent des progrès réalisés dans d’autres.

La seconde action, locale, est la mise en œuvre de programmes d’engagement régionaux ou nationaux, que B Lab entreprend pour soutenir la transition et faciliter la réalisation des ODD ou de l’agenda 2030 par les acteurs de l’économie. B Lab (Suisse) a eu la confiance de plus de 30 partenaires ainsi que de la République et Canton de Genève pour entreprendre un de ces programmes pionniers en Europe: Best For Geneva. Initié en janvier dernier, il compte 320 participants à ce jour.Permettre de s’évaluer sur les bonnes pratiques sociales et environnementales ainsi que s’améliorer aura permis, outre une sensibilisation accrue, d’engendrer des améliorations tangibles cette première année.

Un constat dans l’évaluation des comportements des participants est, qu’une fois équipés avec un outil de pilotage, les entreprises progressent (engagement en interne autour de pratiques et d’améliorations) tout en développant leurs connaissances au contact d’autres acteurs de l’économie. Un bilan sera remis courant février 2019.

La transition vers un nouveau modèle de développement et une économie inclusive est en marche en Suisse comme partout dans le monde. L’initier dans un esprit positif, adaptatif et structuré, avec des données tangibles, est une opportunité permettant de s’adapter à l’urgence, tout en évitant de tomber dans une posture de résignation. Comme le disait Jean Piaget, «l’intelligence, ce n’est pas ce que l’on sait, mais ce que l’on fait quand on ne sait pas». Collectivement, cette intelligence peut devenir une force pour l’agenda humain et les générations futures.  

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."