Bilan

Tendances de l'emploi: ce que disent les licenciements

Licenciements il y a eu en 2019. Von Rundstedt, l’un des grands de l’outplacement en Suisse, a publié son baromètre de l’emploi ce jeudi. Conclusion: les 40-50 ans sont surreprésentés dans les licenciements.

Les licenciements des plus de 50 ans sont conformes avec la part qu'ils représentent dans les entreprises.

Crédits: DR

Qui est le plus à risque de se faire licencier ? Après les multiples annonces de restructuration et licenciements dans différents secteurs en 2019, force est de constater que les 40-50 ans restent les principales victimes.

Selon l’étude menée par von Rundstedt, société active dans le domaine de l’outplacement, cette tranche d’âge représente 42% des licenciés en 2019. Si c’est à peine moins que 44% de 2018, ces travailleurs sont toujours largement surreprésentés. Ensuite viennent les plus de 50 ans, qui forment 31% des licenciés. Les personnes âgées de 30 à 40 ans comptent pour 24% tandis que les moins de 30 ans ne représentent que 3%.

Crédits: von Rundstedt.

Flexibilité et négociation de salaire

Autre constat de von Rundstedt: les demandeurs d’emploi ont tendance à augmenter leur salaire en changeant d’entreprise. Les experts écrivent: «L’an dernier, par exemple, même ceux qui avaient perdu leur emploi ont pu enregistrer une augmentation moyenne des salaires de 3% (année précédente -9%).» Le débauchage direct entraîne une hausse du salaire plus marquée qu’après une période de chômage.

Crédits: von Rundstedt.

En moyenne, les travailleurs qui ont vu leur salaire bondir de plus de 5% sont presque deux fois plus nombreux qu’en 2018. Von Rundstedt explique en partie ce phénomène par la pénurie croissante de main-d’oeuvre qualifiée.

Une pénurie qui contribue d’ailleurs à la flexibilité des employeurs. La mobilité fonctionnelle - le terme utilisé dans l’étude - décrit les réorientations de carrière. L’an dernier, 32% des demandeurs d’emploi ont pu trouver un nouveau rôle. C’est presque la moitié des sondés (48%) qui ont totalement changé d’industrie, avec un nouveau rôle ou non.

Cette flexibilité ne signifie pas pour autant que les travailleurs trouvent facilement un emploi. La durée moyenne de la recherche d’emploi s’est fixée à 5,6 mois en 2019. Encore une fois, les plus de 50 ans trouvent plus difficilement que les autres.

Mais l’âge n’est pas le seul critère à retenir, et les experts de von Rundstedt établissent une distinction entre trois profils différents. Il y a les difficiles, les intermédiaires et les faciles. Anne Dagier-Joncour estime que quatre éléments sont étudiés:

  • Le savoir (connaissances techniques et connaissances du secteur d’activités)
  • Savoir-faire (capacité à appliquer ces connaissances, à les transférer d’un environnement à un autre, compétences en résolution des problèmes, analyse critique, capacité à résoudre des problèmes complexes, créativité, agilité professionnelle.)
  • Savoir-être (qualités relationnelles telles que capacité à s’intégrer, autonomie, gestion du stress et résilience, agilité émotionnelle, curiosité, capacité à fédérer, à agir et réagir.)
  • Santé (absence de dépression, burn out).

Les profils qualifiés de simples sont par exemple ceux de développeurs, avec des compétences techniques très recherchées. Plus difficile: en employé en marketing sans aucune expérience dans le digital.

A noter que l’étude portait sur 1524 employés touchés par des licenciements ainsi que 192 entreprises de différents secteurs.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."