Bilan

Tamedia cartonne dans les activités digitales

L'éditeur zurichois Tamedia (éditeur de Bilan) affiche des résultats en forte baisse pour l'exercice 2016, en raison d'un exercice précédent dopé par des effets extraordinaires. Si la presse souffre, les sites d'annonces digitales enregistrent des bénéfices record.

Les bénéfices 2016 de Tamedia sont en fort recul après un exercice 2015 dopé par la fusion des annuaires électroniques search.ch et local.ch.

Pour la première fois de l’histoire de Tamedia, le segment Digital affiche la plus forte contribution du bénéfice du groupe zurichois (éditeur de Bilan).  Le résultat opérationnel est notamment soutenu par la croissance « exceptionnelle », d’après les termes de Tamedia, de la plateforme dédiée aux offres d’emploi JobCloud. Cette dernière enregistre malgré un marché difficile un bond de ses ventes de 11%. Parallèlement, le site immobilier Homegate renforce sa position de leader  avec un bénéfice (EBITDA) en hausse de 26%.  Ces deux marques appartiennent à l’unité des annonces digitales baptisée « Classifieds ». Avec Immostreet et Autoricardo, celle-ci ne réunit que des locomotives et a dégagé en 2016 le rendement inouï de 60%.  

Particulièrement rentable, l’offre numérique contribue à hauteur de 51% à la marge du groupe (EBITDA), alors qu’elle ne représente qu’un tiers de l’ensemble du chiffre d’affaires. En comparaison, l’unité des publications régionales (dont font partie  les quotidiens 24 Heures et Tribune de Genève) pèse beaucoup plus lourd avec une part de 42% du chiffre d’affaires total. Mais côté bénéfice (EBITDA), son apport n’est que de 30%.

Lire aussi : Deux internautes sur trois utilisent search.ch et local.ch

Au niveau global, Tamedia a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires en recul de 5,5% à un milliard de francs. Le résultat ressort à 122,3 millions de francs, soit une chute de 63,4% par rapport à 2015. Cet effondrement s’explique par un bénéfice 2015 dopé par la réévaluation liée à la fusion entre search.ch et local.ch. Excluant cet effet, le résultat opérationnel EBIT affiche un recul qui n’est plus « que » de 13% à 113 millions de francs.

Tandis que l’offre digitale cartonne, le segment de la presse papier poursuit son déclin. « Sur le marché de la presse quotidienne, nous avons vécu un Annus Horribilis avec une contraction des recettes publicitaires de 50 millions de francs », commente Christoph Tonini, CEO de Tamedia. Pour l’ensemble de la production Print, la publicité s’est repliée de 11% en 2016, par rapport au mois correspondants de l’année précédente.

Dans un paysage sinistré, les titres alémaniques SonntagsZeitung et Schweizer Familie de même que le groupe 20 Minutes sont les seuls titres à s’inscrire à contre-courant en échappant à la tendance publicitaire négative.  

Lire aussi : Le Temps condamné à faire plus avec moins

L’éditeur concurrent Ringier Axel Springer Suisse a frappé les esprits en Suisse romande en décidant en février dernier la fermeture immédiate L’Hebdo. Interrogé sur la possibilité de condamner des titres romands non rentables, Christoph Tonini répond en conférence de presse : « Des regroupements ainsi qu’une diminution de la diversité de l’offre ne peuvent à terme pas être exclus. Mais pour l’heure, aucune nouvelle restructuration n’est au programme. » Quant à la possibilité de maintenir des activités dans le registre de la presse quotidienne de manière durable, elle dépend beaucoup d’un contrôle strict des charges, pour Pietro Supino. Selon le président du conseil d’administration, les conditions de distribution offertes par La Poste jouent un rôle non négligeable dans la pérennité des titres. « La Poste jouit aujourd’hui d’un monopole dans le domaine de la distribution de journaux, ce qui est regrettable en regard des frais facturés pour ce services. »

Lire aussi : Tamedia éditera le magazine officiel du Salon de l’Auto

Passons à la véritable success story du groupe, celle du quotidien gratuit 20 Minutes et de sa famille virtuelle. Sur le web, la marque enregistre un trafic qualifié de « titanesque » par l’éditeur, en touchant 54,4% de la population suisse. Le magazine lifestyle Friday (disponible uniquement sur le net en Suisse romande) enregistre plus d’un million de visiteurs uniques par mois. Répondant à une demande des annonceurs qui veulent multiplier les canaux de diffusion, Tamedia va lancer en mai prochain une radio en ligne de la marque 20 Minutes, pour toucher un jeune public qui écoute de la musique sur son portable.

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."