Bilan

Tamedia - Rapport qualité 2020

Res Strehle, responsable du monitoring qualité de Tamedia, livre l'analyse réalisée sur les titres du groupe pour l'exercice 2020.

Le monitoring qualité des médias Tamedia a délivré une image globalement positive de nos titres pour l’année écoulée. Les dix expert-e-s sollicité-e-s (dont huit scientifiques) ont confirmé que toutes les rédactions sans exception ont respecté les règles professionnelles inscrites notamment dans le manuel «La qualité des médias» (2017) et fourni une quantité considérable de propres prestations quotidiennes dans un contexte de chômage partiel et de télétravail.

Après l’adoption de «Mobile first» par l’ensemble des rédactions, le monitoring qualité mettait l’accent cette année sur ce nouveau mode de production. Ont ainsi été analysées pendant une semaine toutes les prestations propres publiées d’abord en ligne et sur mobile selon ce mode de production, ce qui signifiait pour les médias d’information l’objectif de trois ou quatre titres accrocheurs par jour.

Les experts ont toutefois déploré que ce mode de production, même s’il est bien mis en œuvre sur le plan technique, n’ait pas encore induit partout une nouvelle façon de penser. Il s’agit souvent d’articles de presse qui sont mis en ligne avant l’impression, mais trop rarement encore d’articles numériques ayant leur propre storytelling, mettant à profit les atouts de ces canaux. À plusieurs reprises, selon une experte, la façon dont un thème évolue dans l’interaction entre le mobile et l’imprimé était trop peu évidente. Les éditions papier ont toutefois réussi à résister dans l’ensemble. Des points faibles au niveau de la production, probablement liés au fait que rédactrices et rédacteurs produisent désormais eux-mêmes la plupart des textes et qu’il leur manque encore une certaine routine ont été parfois relevés: contradiction entre le titre et l’image, manque de cohérence entre surtitre, titre et chapeau, voire avec les paragraphes ensuite

Ont été retenues parmi les points forts les investigations de la Cellule enquêtes de Tamedia, laquelle, grâce à différents faits nouveaux, a joué un rôle de chef de file sur des dossiers d’actualité importants tels que la crise du coronavirus, l’affaire Crypto, un procureur général, l’Hôpital universitaire de Zurich, l’extrémisme de droite, les féminicides ou des capitaux en fuite à Genève. Par ailleurs, les experts ont salué la proximité avec le lecteur des revues et des médias régionaux de Tamedia, grâce à leur large offre de services. De l’avis d’un expert, il serait souhaitable toutefois d’observer une distance plus critique par rapport aux analyses financières professionnelles «mainstream». En ce qui concerne les thèmes politiques, il a été relevé qu’un média régional s’est fortement concentré sur l’aspect «Politics» (processus politiques, conflits), laissant clairement les dimensions «Policy» (contenus politiques) et «Polity» (interdépendances) au second rang.

Le thème dominant pendant la première année de Covid-19 a conduit à une forte progression du nombre d’utilisateurs des médias numériques pendant le confinement du printemps, puis de l’hiver. Dans l’ensemble, le monitoring qualité a conclu que les rédactions de Tamedia rendaient compte de ce sujet à une cadence élevée, associant à bon escient rapports médiatiques et critiques à l’égard des autorités. A relever toutefois que du point de vue des experts, la partie programme tout en contraste, plus «légère», a été négligée au profit de nouvelles négatives imposées par l’actualité (pandémie, catastrophe climatique, revers pour la démocratie dans le monde).

Il est à noter – et il faut s’en réjouir – que les sources anonymes sont devenues plus rares dans les articles (et, lorsqu’on y a recours, leur usage est correct puisqu’elles étayent des faits plutôt que des opinions). Dans l’offre multimédia, il est apparu que les rédactions de Tamedia ont développé différents podcasts combinant analyse et divertissement (à titre d’exemple, «La troisième mi-temps» de la rédaction sportive). Mais de l’avis des experts, l’interaction avec les lecteurs et utilisateurs peut encore être renforcée, par exemple en tenant compte des demandes de thèmes émanant des lecteurs ou en faisant participer nos auteurs à des débats de fond après la publication d’un article. Il ressort, enfin, de ce rapport que ces débats gagneraient en qualité si les commentaires sous couvert de pseudonymes n’étaient plus mis en ligne.


Le Rapport qualité Tamedia 2020 est consultable sur https://www.tamedia.ch/fr/entreprise/monitoring-de-qualite

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."