Bilan

Sur un air de Bollywood, les mariages de riches Indiens ciblent Montreux et la Suisse

Les grosses fortunes du continent indien rêvent de bague au doigt sur fond de cimes enneigées. A l’instar de St-Moritz et Interlaken, le Montreux Palace vient de servir de cadre féérique à un mariage hors-normes.

Montreux offre un cadre très apprécié des mariés. Ceux-ci ont opté pour une décoration carnavalesque.

Crédits: The Wedding Story

Deux éléphants taillés dans un buisson de fleurs roses, des créatures de rêve drapées dans des saris ourlés de perles, des ribambelles de fleurs multicolores, un autel dressé face au Léman pour accueillir les mariés… Rien n’était trop beau, ni trop coûteux à la mi-juin pour célébrer l’union de la petite-fille du fondateur d’un consortium de marques de luxe basé à Dubaï. Les parents du marié - des exportateurs indiens basés à Londres - avaient aussi invités des centaines de leurs amis, où figuraient de très grosses fortunes du sous-continent.

Quatre jours de liesses ont transformé la paisible ville de Montreux en décor des Mille et Une nuits. Mais pour Michael Smithuis, le directeur du palace de la chaîne Fairmont, l’organisation était loin de ressembler à un clair de lune : « Il a fallu mobiliser toutes nos énergies. Mais notre force est de pouvoir organiser chaque évènement dans une partie différente de l’hôtel : le hall, le grand restaurant, le jardin, la terrasse, la salle de gala, etc. Il faut de la variété. Les Indiens sont arrivés avec leurs équipes de décorateurs, leur personnel et une dizaine de cuisiniers venus de l’hôtel Fairmont de Jaïpur, qui ont travaillé avec nos chefs. C’est la quatrième année que nous accueillons un mariage indien et ses 400 à 500 invités.»

 

 

Un cadre romantique

Pour le directeur du palace vaudois, ce type de mariage est un marché de niche pour un 5 étoiles de 236 chambres. Vu le nombre, il a fallu loger une partie des invités et du personnel de l’organisation dans les établissements voisins et s’assurer de la collaboration de la police locale pour le cortège qui a débordé dans la rue avec l’autorisation de la commune : « Face à l’ampleur de ce type de mariage, nous ne pouvons en accueillir qu’un par année. Il s’agit souvent de riches familles indiennes basées à Londres, aux Emirats ou au Canada et qui profitent d’inviter au cœur des Alpes leurs amis disséminés en Europe et en Asie. » L’organisateur Percept Weddings (400 personnes) basé à Bombay et Dubaï avait commencé les préparatifs huit mois à l'avance. La destination de Montreux a été finalisée en janvier et l'équipe a visité la ville à plusieurs reprises pour la planification et l'exécution des décors, les spectacles, la gestion des fournisseurs sans oublier la réception des cadeaux des invités. 

La Suisse a la cote

Pour le marché suisse, deux sociétés rivales basées à Zurich et dirigées toutes les deux par des Indiennes se disputent l’organisation de ces évènements (Fabled Forevers et Tehiya Narvel Events), mais pour Michael Smithuis, c’est surtout le « bouche à oreille » parmi les invités qui compte. Le Montreux Palace est déjà en train de planifier un autre mariage pour l’an prochain.

« Les voyages de noces sont très importants pour le marché indien, confirme Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme à Zurich. La Suisse a toujours une image extrêmement romantique en Inde depuis que Bollywood l'a dépeinte de cette façon dès les années 1960. Ce marché a pris beaucoup d'ampleur ces cinq dernières années ».

La tendance aux mariages à l'étranger est définitivement en vogue en Inde. En Suisse, les perspectives de développement dans ce segment sont bonnes, au fur et à mesure que des destinations comme St. Moritz ou Montreux gagnent en visibilité pour réaliser "the perfect wedding". Chaque mariage doit être plus beau, plus grand, plus spécial que les autres.

Le fait que Suisse Tourisme ait collaboré avec la star de Bollywood Ranveer Singh ces deux dernières années, joue aussi un rôle pour valoriser ce créneau des mariages. Ranveer "parle" à un public jeune, en âge de se marier. Des sociétés actives dans l'événementiel professionnel ont leur propre département "mariage", confirme Suisse Tourisme. Ces sociétés sont les plus aptes à organiser des évènements d'une taille importante (de 300 à 500 invités au minimum et sur au moins 3 jours), mais une tendance aux mariages à l'étranger de plus petite taille (que les parents et amis proches) commence à émerger dans la jeune génération : « Il est possible que d'ici trois à cinq ans, ce type de mariage en Suisse puisse séduire aussi la classe moyenne supérieure », assure Véronique Kanel.

Un mariage dans cinq hôtels grisons

En juin de l’an passé, c’est dans la station haut de gamme de St. Moritz que la famille indienne Kumar a accueilli 700 invités dans cinq hôtels différents pour une semaine de festivités. Le cortège traditionnel du marié a envahi les rues de la station sur les airs d'une fanfare britannique. Un court de tennis couvert a été converti en salle de danse avec des artistes célèbres comme la chanteuse pakistanaise Rahat Fateh Ali Khan et le rappeur indien Badshah. La facture des noces était estimée à plusieurs millions de francs. Le marié était le fils d’un richissime marchand de noix de bétel et ses produits de tabac à mâcher en Inde.

La protection de la vie privée est également un aspect important. La confidentialité est l'un des critères pour être choisi par cette clientèle. Il faut être également prêt à satisfaire les caprices de dernière minute. Les Indiens savent être d’habiles négociateurs, quand il s’agit de faire pression sur les prix.

Mais le mariage romantique a-t-il prix ?

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."