Bilan

Sulzer biffe 300 postes, dont 100 à Winterthour

Malgré des commandes en hausse après neuf mois, Sulzer poursuit ses efforts en vue de réduire ses coûts.
Sulzer, qui avait réalisé une performance décevante après six mois, va supprimer 300 emplois, sur les quelque 17'900 qu'il compte. Au siège de Winterthour, 100 postes passeront à la trappe.

La mesure vise à réduire les coûts de 25 millions de francs par an dès 2014, a précisé jeudi Sulzer. Toutefois, avant de produire ses effets, la restructuration entraînera une charge unique de 25 millions au minimum, laquelle sera passée cette année encore.

L'annonce du redimensionnement ne constitue pas une surprise, le patron du groupe, Klaus Stahlmann, ayant indiqué à fin septembre dans une interview qu'il envisageait des suppressions d'emplois, sans en préciser l'ampleur. Sulzer examinait alors les postes présentant des doublons.

La réduction d'effectif à Winterthour (ZH), ville dans laquelle Sulzer emploie 700 personnes, dont 300 au niveau de l'administration du groupe, concerne ce dernier secteur, notamment dans l'encadrement. L'entreprise a entamé la procédure de consultation avec les partenaires sociaux.

L'opération vise à regrouper les tâches administratives, en particulier celles des divisions Sulzer Pumps, qui produit des pompes, et Sulzer Turbo Services, active dans la maintenance de turbines. A l'heure actuelle, le groupe dispose d'une structure décentralisée autour de ses quatre segments.

Inquiétudes

Le fait que la division Sulzer Chemtec, active notamment dans les colonnes de séparation, soit épargnée suscite des craintes du côté des salariés, ces derniers redoutant aussi une cession de cette unité. Sulzer explique cependant qu'il existe moins de synergies entre Sulzer Chemtec et les secteurs de pompes et des équipements pour la chimie.

Employés Suisse a jugé la coupe «dangereuse», celle-ci touchant à Winterthour des salariés hautement qualifiés. Alors que Sulzer s'installe vendredi dans de nouveaux locaux, l'immeuble rénové pourrait se retrouver à moitié vide, dénonce par ailleurs l'association.

Employés Suisse regrette aussi la réduction d'effectif alors qu'une reprise s'est amorcée. L'association demande en outre à la direction de Sulzer de l'informer de manière précise sur les mesures prévues.

La restructuration intervient dans le cadre du repositionnement de Sulzer, le groupe ayant annoncé il y a quelques mois vouloir céder sa division Sulzer Metco, qui réunit les activités de traitement de surface. Evoquant cette opération, le groupe indique que l'opération progresse bien.

Commandes en hausse

La décision, qui fait suite a une chute du bénéfice net de près d'un quart à 100,5 millions de francs au 1er semestre 2013, reflète la volonté du groupe de se recentrer sur les équipements et machines destinés aux industries gazière et pétrolière, ainsi qu'aux secteurs de l'énergie et de l'eau. Sulzer Metco fournit des clients dans les branches automobile et aéronautique.

Parallèlement à la réduction d'effectif, Sulzer a également dévoilé ses entrées de commandes après neuf mois. Franchissant la barre des 3 milliards de francs, ces dernières ont progressé de 1,8% au regard de la période correspondante de l'an passé, à 3,03 milliards. Trois des quatre divisions du groupe ont présenté une hausse.

La performance s'est révélée légèrement inférieure aux attentes des analystes, qui escomptaient des entrées d'ordres de 3,11 milliards de francs. Les investisseurs n'ont eux pas vraiment goûté ces annonces, le titre chutant vers 14h50 à la Bourse suisse de plus de 4,7% à 131,70 francs. Dans le même temps, l'indice élargi SPI gagnait 0,56%.

Dans l'ensemble, la croissance s'est poursuivie dans les secteurs gazier et pétrolier, ainsi que sur le marché des transports. Celui de l'énergie est pour sa part demeuré stable, mais à un bas niveau. Sulzer a bénéficié d'une demande très forte en Asie-Pacifique, alors qu'elle est restée faible en Europe.

Ventes aussi

Sans livrer de chiffres, Sulzer note que les ventes ont quelque peu progressé ces derniers mois. Toutefois, le faible niveau d'utilisation des capacités de production, les charges de restructuration ainsi que des investissements dans l'infrastructure informatique ont pesé sur la rentabilité.

Pour l'ensemble de l'exercice, Sulzer table sur des ventes équivalentes au niveau record réalisé l'an passé, soit 4,02 milliards de francs. Hors charges de restructuration et éléments exceptionnels, la rentabilité du chiffre d'affaires devrait s'inscrire à 9%
Myriam Amara

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Globus à la baisse en 2012
Mario Monti ouvrira la grand-messe davosienne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."