Bilan

Startups suisses: des projets encore plus ambitieux

Avec 141 entreprises candidates, la 6e sélection de 50 startups suisses dans lesquelles investir témoigne de la montée en gamme et de l’ambition de plus en plus décomplexée des jeunes pousses helvétiques. D’autant qu’une fois encore, le renouveau est au rendez-vous.
  • Crédits: François Wavre/Lundi13
  • Crédits: François Wavre/Lundi13
  • Crédits: François Wavre/Lundi13
  • Crédits: François Wavre/Lundi13
  • Crédits: François Wavre/Lundi13

50 startups suisses dans lesquelles investir

Avec 98% de startups nouvelles parmi les sélectionnées et presque autant parmi les 141 candidates, notre 6e sélection de 50 startups suisses dans lesquelles investir témoigne de la montée en gamme de l’écosystème de l’entrepreneuriat, de Genève à Saint-Gall et de Lugano à Bâle. 

Etablie avec l’aide de nos partenaires BioAlps, CimArk, CleantechAlps, Innosuisse, Innovaud, Fongit, Mass-Challenge, Neode, Kickstart Accelerator ainsi que Startupticker (lire l’encadré ci-dessous), cette sélection (non, ce n’est pas un classement) fait donc largement place à la découverte. Et à la qualité.

Nos jurés n’ont en effet pas eu la tâche facile tant il y avait d’excellents dossiers. Les startups qui n’ont pas été sélectionnées n’avaient ainsi pas démérité mais celles qui ont été choisies ont présenté des technologies plus innovantes ou des business plans plus prometteurs. A noter que dans le secteur des fintechs, un certain nombre de startups contactées nous ont indiqué ne pas chercher de fonds, les ayant trouvés au travers d’ICO (Initial Coin Offering, une variante de crowdfunding). 

Autre constat inattendu, la présence croissante de femmes: 12 des startups retenues ont ainsi des fondatrices et/ou des cofondatrices à leur tête. 

Reste que l’élément le plus marquant est bien la grande qualité des dossiers présentés, comme nous l’ont signalé plusieurs jurés. Du coup, cette sixième sélection est sans doute la meilleure que nous avons le privilège de partager avec nos lecteurs, que ce soit pour investir ou les inspirer. Bonne découverte.

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."