Bilan

Soutien prudent des Libéraux européens à Vestager pour la Commission européenne

La libérale Margrethe Vestager fait partie des candidates déclarées pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, avec l'Allemand Manfred Weber, pour la droite, et le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans, désignés par leurs partis avant les élections européennes.

Les représentants des différents groupes politiques ont rappelé mardi que le futur président de la Commission devait être choisi parmi leurs candidats désignés avant l'élection.

Crédits: DR

Les dirigeants libéraux européens ont apporté mardi un soutien prudent à la Danoise Margrethe Vestager pour diriger la Commission européenne, à quelques heures d'un sommet sur ce thème des chefs d'Etat ou de gouvernement des 28.

"Nous avons bien sûr nos préférences personnelles" concernant ceux qui devraient être à la tête des institutions, a déclaré le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, à son arrivée à une réunion du parti libéral européen (Alde).

Une prudence qui s'explique par les délicates discussions sur la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission.

"Ce soir, on parlera de contenu pas des personnes", a-t-il ajouté. "Nous allons nous concentrer sur nos priorités pour les cinq prochaines années et sur cette base, nous déciderons qui est la meilleure personne."

Son homologue luxembourgeois Xavier Bettel a quant à lui salué la "compétence" de Margrethe Vestager, tandis que le Premier ministre belge Charles Michel n'a pas fait de déclarations.

Nouveaux dirigeants des institutions européennes

Les trois dirigeants ont rendez-vous en fin d'après-midi à Bruxelles avec leurs homologues européens pour poursuivre de difficiles tractations afin de désigner les nouveaux dirigeants des institutions européennes, à la lumière du résultat des élections européennes.

La libérale Margrethe Vestager fait partie des candidates déclarées pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, avec l'Allemand Manfred Weber, pour la droite, et le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans, désignés par leurs partis avant les élections européennes.

La Danoise, actuellement commissaire européenne à la Concurrence, a pour sa part jugé que la situation actuelle restait "opaque et délicate". Et rappelé qu'elle estimait que le poste devait revenir à une femme.

Les représentants des différents groupes politiques ont rappelé mardi que le futur président de la Commission devait être choisi parmi leurs candidats désignés avant l'élection, signant une "déclaration commune" en ce sens.

Mais le groupe des libéraux -qui sera rejoint au sein du Parlement par les eurodéputés français du parti du président Emmanuel Macron- s'est désolidarisé du texte.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."