Bilan

Soupçons de corruption: "C'est un bon jour pour la Fifa"

Outre les arrestations pour soupçons de corruption, le parquet suisse a ouvert une procédure pénale contre X pour soupçon "de blanchiment d'argent et gestion déloyale" entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022.

Le président de la Fifa Joseph Blatter et le secrétaire général Jérôme Valcke ne seraient pas impliqués. 

Crédits: AFP

"Vous n'allez pas me croire, mais c'est un bon jour pour la Fifa", a lancé mercredi Walter de Gregorio, directeur de la communication de l'instance mondiale du foot, frappée par deux procédures judiciaires d'ampleur, à deux jours de son élection présidentielle.

 

"C'est un bon jour pour la Fifa"

"Vous n'allez pas me croire (un journaliste brésilien lui répond d'ailleurs +non+ au micro, ndlr), mais tout ce qui se passe, c'est bon pour la Fifa, pas bon pour l'image, pas bon pour la réputation, mais c'est bon pour faire la lumière", a lancé De Gregorio devant la presse internationale, dans un auditorium bondé au siège de la Fifa à Zurich. La Fifa n'a pourtant jamais connu pareille crise, entre arrestations de responsables dans un hôtel au petit matin et perquisitions dans ses bureaux, dans deux procédures distinctes.  

 

"Blatter et Valcke pas impliqués"

"Le président Joseph Blatter et le secrétaire général Jérôme Valcke ne sont pas impliqués", a confirmé De Gregorio. "Le président Blatter est affecté, il est à la tête de la Fifa, mais comment pouvez vous dire qu'il doit se retirer ? Si les 209 fédérations l'élisent vendredi, il le sera pour les quatre prochaines années", a réagi le communiquant quand des journalistes ont suggéré un retrait de Blatter, 79 ans, président depuis 1998, de l'élection présidentielle vendredi.

"Le président est concentré sur le Congrès (électif), le facteur stress est plus élevé qu'hier (mardi), mais il est détendu, il sait qu'il n'est pas impliqué, a-t-il ajouté. Il acceptera ce qui se passera. Ca ne veut pas dire pour autant qu'il danse dans son bureau. Mais il est très calme, il voit ce qui se passe, il coopère avec tout le monde". 

 

Election et Mondiaux pas remis en question 

"Il n'y a jamais eu une telle idée de reporter l'élection présidentielle de vendredi, la Fifa souffre, c'est un moment difficile pour nous, mais le Congrès aura lieu", a souligné De Gregorio, qui a aussi assuré que "les coupes du monde 2018 et 2022 se joueront en Russie et au Qatar".

 

Une coïncidence ?

Les deux actions judiciaires sont-elles une coïncidence à deux jours de l'élection présidentielle de la Fifa ? "Je ne peux que vous répercuter la réponse (de la justice suisse): tous les gens sont là à Zurich pour le Congrès, il est facile de leur parler, c'est une question de coordination pour être le plus efficace possible. Et après, il y a une bonne couverture médiatique internationale assurée, ce n'était pas le principal, mais bon...", a développé De Gregorio.

 

Blatter était-il au courant ?

"Aucun de nous (au siège de la Fifa) ne savait qu'à six heures ils (les enquêteurs, ndlr) commenceraient, sinon je serai allé au lit plus tôt hier... j'ai juste reçu un coup de fil à 7h00 du matin", a confié De Gregorio.

 

La Fifa "a initié cette procédure"

Outre les arrestations dans un hôtel pour soupçons de corruption de 1990 à nos jours, sous impulsion de la justice américaine, le parquet suisse a ouvert, distinctement, une procédure pénale contre X pour soupçon "de blanchiment d'argent et gestion déloyale" entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022 et a saisi mercredi des documents électroniques au siège de la Fifa. "La Fifa a initié cette procédure le 18 novembre 2014, la Fifa accueille cette procédure et coopère, et comme l'a dit la justice, la Fifa est la partie lésée", a détaillé De Gregorio.

La Fifa a en effet porté plainte le 18 novembre dernier auprès du ministère public suisse en raison de "soupçons" semblant "peser sur des transferts internationaux de patrimoine avec comme point de contact la Suisse", dans le cadre de l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.

"Le président Blatter et la Fifa peuvent faire le ménage jusqu'à un certain point, mais après nous avons besoin de l'aide de la justice", a conclu De Gregorio. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."