Bilan

Soleure recrute un ermite par petite annonce

Une petite annonce pour recruter un ermite: c'est le moyen utilisé par la ville de Soleure pour trouver un(e) remplaçant(e) à la personne qui se chargeait de veiller sur ce lieu de pèlerinage très fréquenté.
  • L'ermitage de Sainte Verena, dans les gorges du même nom à Soleure.

    Crédits: Image: DR
  • C'est dans ces gorges que Sainte Verena se serait installée après le massacre de la légion thébaine de Saint Maurice en Valais.

    Crédits: Image: Ville de Soleure
  • L'ermite qui était là depuis plusieurs années a renoncé à son poste au printemps.

    Crédits: Image: Ville de Soleure
  • La foule qui vient tous les jours sur le site oblige l'ermite des lieux à de fréquentes interactions avec le public.

    Crédits: Image: Ville de Soleure

Verena est partie et Sainte Verena se retrouve seule: avec le départ de Verena Dubacher annoncé le 11 mars, le poste d'ermite en charge du petit site des gorges soleuroises de Sainte Verena est à pourvoir. Verena Dubacher occupait le poste depuis janvier 2009. Mais cette pieuse dame âgée désormais de 68 ans annoncé récemment qu'elle quittait le site pour un home pour personnes âgées. Les raisons de ce renoncement? Des raisons de santé mais aussi une lassitude croissante devant le nombre de visiteurs et les rappels incessants à leur adresser quant aux règles de vie locale (interdiction du vélo et des rollers, tenue des chiens en laisse).

C'est donc par le biais de la rubrique des petites annonces emplois du média catholique Katholisches Kirchenblatt que la ville de Soleure (la bourgeoisie de Soleure est propriétaire des lieux) a diffusé une petite annonce pour recruter un(e) remplaçant(e) à Verena Dubacher, qui était la première femme à ce poste depuis 1442. Un poste d'ermite un peu particulier, car cet(te) ermite-là doit composer avec un grand nombre de visiteurs: attirés par la quiétude des lieux, les reliques de la sainte ou la fraîcheur des gorges, randonneurs, pèlerins et touristes viennent par milliers chaque année. Les autorités touristiques locales proposent d'ailleurs des excursions guidées en français, en allemand et en anglais.

1000 francs de salaire et un logement gratuit

«Etes-vous une personne croyante, avec des idéaux, et qui aime rencontrer du monde?» questionne donc la petite annonce. «En lien avec les guides et le sacristain, les missions incluent des interactions avec le public», précise d'emblée la description du poste. «Il y a quelques différences entre l'intitulé du poste qui est celui d'un ermite et le fait de devoir accueillir de nombreuses personnes», reconnaît d'ailleurs Sergio Wyniger, président du conseil communal de Soleure, qui reconnaît que la fréquentation du site le week-end peut rendre ces périodes usantes pour l'ermite.

C'est d'ailleurs la ville de Soleure qui prendra en charge les rétributions de l'ermite à haute de 1000 francs mensuellement, en plus du logement fourni gracieusement sur place. En contrepartie, l'ermite doit veiller sur les lieux, prêter attention à la préservation du site et écouter les personnes qui viendraient chercher là une oreille attentive.

119 candidats au poste

Des missions qui n'ont pas rebuté les 119 candidats qui ont défait fait connaître leur volonté d'occuper le poste. Mais des entretiens devront être menés en lien avec les autorités locales et les responsables de l'église catholique pour déterminer le profil idéal et rendre à ces gorges leur gardien spirituel.

Selon la légende, c'est en effet ici que Sainte Verena, qui fuyait, avec Saint Victor et Saint Urs, le massacre de la légion thébaine de Saint Maurice en Valais aurait trouvé refuge. Ses deux compagnons ayant été arrêtés et exécutés, Sainte Verena a accueilli seule, dans ces gorges, les malades et les nécessiteux. Au bout de quelques années, elle aurait, selon la légende, quitté le site en voguant sur une meule de foin ballotée par les flots de l'Aar et du Rhin, avant de s'installer à Zurzach et d'y décéder en 344.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."