Bilan

Solaire, gaz et hydroélectricité sont les énergies de l'avenir

Le pétrole et le nucléaire sont du passé, selon le rapport de l'UBS "De nouvelles énergies pour la Suisse" présenté mercredi à la presse à Zurich.

Le gaz et le solaire ont par contre un brillant avenir devant eux, estime UBS. D'ici 2050, le solaire devrait couvrir 16,4 % des besoins en électricité contre 1,2 % actuellement.

Crédits: Keystone

Le solaire, le gaz et l'hydroélectricité sont les énergies de l'avenir. Le pétrole et le nucléaire sont du passé, selon le rapport de l'UBS "De nouvelles énergies pour la Suisse" présenté mercredi à la presse à Zurich.

Actuellement, la Suisse couvre 46% de ses besoins énergétiques avec des énergies fossiles. Cette part va nettement diminuer au cours des prochaines décennies, selon le rapport de l'UBS. Cette tendance a pour origine les discussions actuelles sur le climat. Dans le domaine de la réduction des gaz à effet de serre, la Suisse s'est fixé un objectif ambitieux.

La mutation énergétique va encore s'accélérer grâce aux innovations, a déclaré Carsten Schlufter devant les médias. Le numéro un bancaire helvétique part du principe que les prix des installations solaires vont continuer à baisser.

Le plus grand potentiel de diminution des gaz à effet de serre se trouve dans les bâtiments et le trafic. Concernant ce dernier, la question n'est pas de savoir si les véhicules électriques vont remplacer les moteurs à essence, mais à quelle rapidité.

60% de voitures électriques en 2050

L'UBS évoque à ce sujet un scénario réaliste qui prévoit que d'ici 2050 le parc des véhicules en Suisse sera constitué à 60% par des voitures électriques. Les émissions de CO2 diminueraient ainsi de 57%, mais la consommation d'électricité augmenterait de 11%.

Cette hausse n'aurait que peu d'incidence sur les émissions de CO2, la production d'électricité en Suisse n'en émettant que très peu. Elle pose par contre problème, puisque la Confédération prévoit de déconnecter ses centrales nucléaires du réseau dans les prochaines décennies.

L'UBS prévoit que les anciennes centrales nucléaires ne seront pas remplacées par des nouvelles. Elles ne seraient pas rentables économiquement.

Le gaz et le solaire ont par contre un brillant avenir devant eux, estime la plus grande banque du pays. D'ici 2050, le solaire devrait couvrir 16,4 % des besoins en électricité contre 1,2 % actuellement. Aujourd'hui déjà, des centrales solaires produisent du courant à un prix comparable aux centrales nucléaires.

L'UBS souligne que le prix du courant provenant des centrales nucléaires va encore augmenter au vu de la hausse constante des coûts pour la sécurité des installations et l'élimination des déchets. Le prix de l'électricité photovoltaïque va par contre baisser en raison des progrès dans la production des panneaux solaires.

Centrales à gaz moins coûteuses

La construction d'une centrale à gaz coûte très nettement moins cher qu'une centrale nucléaire. Il suffirait aujourd'hui de 5 milliards de francs pour remplacer les centrales nucléaires actuelles par des centrales à gaz, alors que de nouvelles centrales nucléaires nécessiteraient un investissement de 20 milliards, selon l'UBS.

En raison du faible prix de l'électricité sur le marché, la construction d'une nouvelle centrale nucléaire n'est pas envisageable. Mais il faut continuer à investir dans les centrales actuelles afin d'assurer l'approvisionnement à long terme. Dans ce domaine, l'UBS est favorable à ce que l'Etat intervienne pour permettre à des privés d'investir.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."