Bilan

Slyde, la montre qui ne suit pas le mouvement

A l'écart des tocantes traditionnelles habituellement mises en avant à Baselworld, zoom sur un objet high tech qui fait plus que donner l‘heure.

Une rumeur folle bruissait dans les allées de Baselworld. Les smartwatches allaient débarquer, et nous permettre de communiquer au travers de nos montres. Déception. Elles sont absentes du plus grand salon d'horlogerie, laissant le devant de la scène aux montres traditionnelles. Pourtant, au détour de la Halle 4, un écran tactile apparaît. La Slyde.

Un rêve lié au temps

“Attention, ce n'est pas un gadget“, nous avertit Gerard Palacios, directeur général de Slyde Watch. La montre possède un écran tactile avec un système de navigation à deux axes. Par un glissement horizontal, l'utilisateur peut consulter jusqu'à quarante photos. L‘axe vertical rassemble les fonctions classiques: heure, chronomètre, réveil et calendrier sous la forme de mouvements virtuels. C’est ici que réside tout l'intérêt de la Slyde. Des mouvements trop difficiles pour être conçus physiquement seront téléchargeables pour une centaine de francs pièce. Un vieux "rêve d'horlogers" se réalise, se réjouit Gerard Palacios. A noter encore la possibilité de mémoriser deux vidéos de quinze minutes.

Designer de la montre, Jorg Hyseck reconnait que sa création est "un objet qui correspond à notre temps", mais il affirme chercher avant tout à "maintenir l'émotion horlogère". Les nouvelles technologies lui permettent aujourd’hui de faire des choses dont il avait toujours rêvé. L’homme avoue une seule limite: "tout doit être lié au temps".

Un prototype de la Slyde avait été présenté à Baselworld en 2011. Aujourd'hui, seuls une centaine de magasins dans le monde distribuent cet objet de haute technologie. La rentabilité du produit prendra du temps, admet Gerard Palacios: “Comme tout projet d'horlogerie haut de gamme, Slyde est un projet à long terme. Mais on est convaincu que ce type de produit fait partie d'une catégorie qui se développera à l'avenir”.

"Deux mondes différents"

Nouvelle venue, la montre tactile doit encore faire ses preuves. Cela ne semble pas inquiéter Jorg Hyseck. "Les gens ne se sentent plus du tout proches de la philosophie horlogère mécanique. Moi, je pousse l'horlogerie traditionnelle dans un autre univers". Pour lui, la Slyde se positionne en réel challenger. Du côté des horlogers classiques, on ne partage pas cet avis. "Chaque année, il y a des nouveautés qui sortent", rappelle Markus Glöggler, maître horloger chez Erwin Sattler. Mais aucune tentative n'a jamais égalé les 200 ans de savoir-faire de l'horlogerie traditionnelle". Axel Robert, héritier de la maison Robert & Fils 1630 abonde dans ce sens: „Aujourd'hui on observe un retour aux sources, les gens aiment ce qui est vraiment traditionnel". Son opinion sur le projet Slyde est catégorique: "Ce sont deux mondes différents!"

Cette montre intrigue par son côté hybride. S'éloignant des créations traditionnelles par son versant high-tech et refusant d'être associé au mouvement des smartwatches, Slyde risque de ne satisfaire personne. Ni les férus de hautes technologies ni les grands amateurs d'horlogerie. Faute de se faire une place, ses développeurs ne seront-t-ils pas tentés de se retourner vers les marchés des smartwatches? Ses nombreuses innovations techniques l'y prédisposent.

Les autres articles de ce dossier:

Les salons: lieux de consécration de la femme objet ? Un salon à deux vitesses Des montres à contretemps «Je voulais briser les chaînes de l’horlogerie classique» Éric Giroud, le designer caméléon Comment Baselworld sévit contre les contrefaçons  

Crédit photo: Dr

Thy Nguyen

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."