Bilan

Scandale du Libor: lourde amende pour Rabobank

La banque néerlandaise Rabobank a annoncé mardi devoir payer 774 millions d'euros (954 millions de francs) d'amendes pour son implication dans le scandale de la manipulation des taux d'intérêt Libor et Euribor.
La banque Rabobank va payer une lourde amende pour son implication dans le scandale de la manipulation du taux Libor: 774 millions d'euros (954 millions de francs). Son directeur a du coup démissionné.

«Rabobank a trouvé un accord sur une amende avec différentes autorités et accepté de payer approximativement 774 millions d'euros», a indiqué la banque dans un communiqué. Elle précise que «30 employés étaient impliqués dans des comportements inappropriés».

Le directeur de Rabobank Piet Moerland a présenté sa démission «avec effet immédiat à la lumière des conclusions des enquêtes sur le Libor et l'Euribor», a ajouté la banque. Les amendes seront payées dans trois pays, aux Pays-Bas, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Cas «parmi les plus graves»

Le directeur de l'Autorité de conduite financière (FCA), autorité compétente en Angleterre, Tracey McDermott, a indiqué dans un communiqué que «la faute professionnelle de Rabobank est parmi les plus graves que nous avons identifiées sur le Libor».

Les employés de Rabobank «ont traité la fixation du Libor comme un moyen potentiel de se faire de l'argent, sans aucune considération pour l'intégrité du marché», a-t-il ajouté.

Piet Moerland, cité dans le communiqué, a déclaré regretter «sincèrement que certains employés de Rabobank aient agi de manière inappropriée». «Il s'agissait certes d'une lacune qui a frappé l'ensemble du secteur, mais cela n'excuse en rien la conduite des employés de Rabobank», a-t-il souligné.

Incidences très graves

Taux central dans le monde de la finance, le Libor, qui est fixé sur la base de taux communiqués à Londres par un panel de banques internationales, a une incidence sur des milliards de dollars de produits financiers ainsi que sur les taux d'intérêt des prêts aux ménages et aux entreprises.

Le scandale du Libor a éclaté il y a un an avec la mise en cause de la banque britannique Barclays. Il s'est depuis étendu à de nombreux établissements dans le monde. UBS a ainsi déjà versé des amendes et restitutions de bénéfices pour près de 1,4 milliard de francs, notamment en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, pour avoir manipulé ce taux central dans le monde de la finance.

Pas moins de 2,5 milliards de dollars d'amendes ont déjà été infligées par les régulateurs britannique et américain à UBS, Royal Bank of Scotland et Barclays et un courtier interbancaire britannique, Icap, pour des manipulations du Libor.

Manipulations de devises

Dans le sillage de la FCA britannique, l'autorité suisse de surveillance des marchés FINMA et la Commission de la concurrence (COMCO) ont par ailleurs annoncé début octobre qu'elles enquêtaient elles aussi auprès de «plusieurs banques» - non précisées - soupçonnées d'avoir participé à des manipulations de cours de monnaies.

Compte tenu des importantes activités de négoce de devises qu'elles mènent, UBS et Credit Suisse figurent vraisemblablement au nombre de ces établissements.

Et ce mardi, la première banque allemande Deutsche Bank a de son côté fait savoir dans son rapport trimestriel qu'elle coopérait avec plusieurs autorités de régulation, dans le cadre d'une enquête portant sur de possibles manipulations du marché des devises.
Myriam Amara

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Globus à la baisse en 2012
Mario Monti ouvrira la grand-messe davosienne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."