Bilan

Rencontre avec trois jeunes pilotes suisses qui rêvent de Formule 1

Louis Delétraz, 17 ans, Gary Hirsch, 27 ans, et Paul Hökfelt, 16 ans, trois pilotes automobiles genevois qui rêvent de devenir professionnels. Portraits croisés de trois gagnants.
  • Pilote de l’écurie fribourgeoise Morand Racing, Gary Hirsch est l'un des plus sérieux espoirs suisses.

    Crédits: DR
  • Le jeune pilote a été recruté par Benoît Morand après avoir gagné l’an dernier le championnat « Le Mans Prototype Challenge » (LMPC),

    Crédits: Sébastien Alvarez
  • Lors des 4 heures de Silverstone ce printemps, la team de Gary Hirsch (deuxième à gauche) était sur la dernière marche du podium.

    Crédits: Saivet/vsa
  • Louis Delétraz, 17 ans, a été plutôt précoce. «Dès l’âge de 2-3 ans, je suivais mon père sur les circuits. J’ai commencé par construire des caisses à savon, avant de pouvoir commencer le karting à 10 ans. »

    Crédits: DR
  • L’an dernier, le jeune pilote suisse est passé en Formule Renault après avoir été recruté par le Josef Kaufmann Racing.

    Crédits: DR
  • Louis Delétraz officie dans le championnat Renault d’Europe du Nord, le plus difficile, où les équipes de F1 de Mc Laren, Lotus et Mercedes mettent leurs jeunes pilotes. Après sa performance à Assen aux pays-Bas le 3 août dernier, il s'est retrouvé premier du championnat.

  • Etudiant à l’Ecole Moser, Paul Hökfelt Jr, 16 ans, évolue en Formule 4, essentiellement en France, mais aussi en Espagne.

    Crédits: DR
  • La saison a très bien débuté pour ce jeune talent (ici lors des Championnats de France de formule 4 au Mans).

    Crédits: Pro-photos-sport
  • Pour la saison prochaine, Paul Hökfelt rêve de Formule 3 ou Formule Renault 2.0.

    Crédits: DR

Il est l'un des plus sérieux espoirs suisses, avec Marcel Faessler chez Audi, Sébastien Buemi chez Toyota et Neel Jani chez Porsche.

Gary Hirsch est un des deux pilotes de l’écurie fribourgeoise Morand Racing qui participe au championnat « European Le Mans Series » (ELMS). Recruté par Benoît Morand après avoir gagné l’an dernier le championnat « Le Mans Prototype Challenge » (LMPC), Gary Hirsch vient épauler un ex-pilote de F1, l’Autrichien Christian Klien, 32 ans.

Outre son talent indubitable, le jeune homme a présenté des partenaires au patron de son écurie pour finaliser une opération. Même si chaque pilote voudrait être payé pour son talent et ses résultats et non pour avoir réussi à dénicher des sponsors, cela reste l’exception. Ainsi, le Genevois a amené KNM Production (une agence qui réalise des films) et Altran, lesquels s’ajoutent aux sponsors officiels de Morand Racing (Motorex et Dunlop). Le budget d’une équipe en LMP2 avoisine les 2 millions de francs, dont 500 000 francs rien que pour un véhicule.

Pour l’heure, en attendant de rejoindre la catégorie supérieure (LMP1), Gary et son team espèrent progresser au classement (ils sont actuellement cinquièmes). Alors qu’il avait arrêté de courir pendant trois ans afin de se concentrer sur ses études (HEC Genève), Gary Hirsch a créé une start-up (www.carburants.ch) avant de rejoindre une banque de la place en tant que gérant junior. «Aujourd’hui, les pilotes doivent avoir plusieurs casquettes, à moins d’être en Formule 1 ».

Quand il n’est pas à la banque ou sur un circuit, Gary suit un entraînement physique cinq fois par semaine.

Une carrière précoce

Louis Delétraz, 17 ans, étudie à l’Ecole Moser, « la seule école permettant de manquer un certain nombre d’heures tant que les notes suivent ». «En cas d’absence, je dois prévenir la direction une semaine à l’avance et les professeurs m’aident ensuite pour me mettre à jour »,  confie le jeune talent. Il y cotoie d’ailleurs Paul Hökfelt Junior, 16 ans, qui partage la même passion.

Louis Delétraz a été plutôt précoce. «Dès l’âge de 2-3 ans, je suivais mon père sur les circuits. J’ai commencé par construire des caisses à savon, avant de pouvoir commencer le karting à 10 ans. » Il a alors pu participer pendant quatre ans au championnat « Vega Tropheo Swiss », qui se déroule sur différents parcours français. En 2009 et en 2011, il a même gagné en catégorie KF3 au sein du JD Racing Team.

Louis a été repéré par BMW qui organise la « Formula BMW Talent Cup ». Le constructeur a sélectionné 50 jeunes dans toute l’Europe et les envoie à Valence pour une journée de test, avant d’en retenir 16 pour le championnat. Louis est parvenu à trouver des sponsors pour 100 000 euros, ce qui lui a financé sa première saison et lui a permis de courir dans toute l’Europe.

L’an dernier, il est passé en Formule Renault après avoir été recruté par le Josef Kaufmann Racing. Cinq de ses anciens pilotes tournent en Formule 1.

Grâce à ses résultats, Louis a déniché des sponsors importants d’Abu Dhabi (ADS Securities, une compagnie active sur le Forex), Worldwide Energy (une compagnie pétrolière basée à Dubaï) ou encore les Genevois Modena Cars et Snypers Watches. «Il est extrêmement difficile de trouver des sponsors en Suisse, en dehors de la F1 », regrette le jeune prodige qui officie dans le championnat Renault d’Europe du Nord, le plus difficile, là où les équipes de F1 de Mc Laren, Lotus et Mercedes mettent leurs jeunes pilotes.

Lorsqu’il a débuté, à 15 ans, il était le benjamin. Malgré cela, il a fini sa première saison 11e sur 43 participants. Fort de ce résultat prometteur, il a pu garder son volant pour la saison actuelle. Après quatre courses, il est actuellement 3e du championnat. A court terme, il espère courir bientôt au sein du championnat Eurocup qui réunit la Formule Renault Nord et Sud. « Le lauréat gagne une bourse de 500 000 euros pour aller en catégorie 3,5 litres, l’antichambre de la F1 », explique le jeune homme.

Si son rêve est de pouvoir vivre de sa passion, il se concentre désormais sur ses prochains examens de maturité à Moser.

200 000 francs par saison

Egalement étudiant à l’Ecole Moser, Paul Hökfelt Jr, 16 ans, qui lui évolue en Formule 4 (21 courses sur 7 circuits), essentiellement en France, mais aussi en Espagne.

Lui aussi a débuté via le karting. En 2006, alors âgé de 8 ans, il s’est hissé dans le Top 3 des championnats régionaux de France. « Chaque course nourrit mon addiction. Je suis prêt à accepter tous les sacrifices pour réaliser mon rêve ».

Son budget 2013-2014 est quasiment couvert grâce à deux mécènes et à trois sponsors (Amag, Unirisc et Gunvor). « Il faut compter environ 200 000 francs, y compris les entraînements. »  La Formule 4 est subventionnée par la Fédération française automobile. Les deux premiers pilotes reçoivent une bourse. L’ensemble des pilotes bénéficie d’un véhicule identique. Les volants sont tirés au sort en début de saison.

La saison a très bien débuté pour ce jeune talent qui rêve de Formule 3 ou Formule Renault 2.0 pour la saison prochaine. Ce grand sportif (il a un handicap de 19 en golf) utilise comme coach le Dr Aki Hintsa, médecin-chef de la Vodafone McLaren Mercedes F1 qui a beaucoup œuvré pour Lewis Hamilton, Sebastien Vettel, Kimi Raikkönen et Mika Häkkinen. Ce chirurgien orthopédiste et traumatologue a ouvert un cabinet de la Clinique la Colline, dirigée par le père de Paul Hökfelt Jr. « J’ai un style de conduite assez agressif. J’adore dépasser, ce qui m’a valu quelques accrochages. Grâce au programme de ce coach, je suis devenu plus mature.»

La famille de Paul Hökfelt Jr. recherche des sponsors supplémentaires pour lui permettre d’atteindre ses objectifs. Pour les sponsors, outre la visibilité sur les chaînes de télévision spécialisées, l’attraction principale est de pouvoir organiser, autour de chaque course, une invitation VIP dans le paddock, que ce soit pour ses clients ou pour ses collaborateurs.

Bonne chance à ces jeunes talents pour les saisons à venir !

 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."