Bilan

Raffinerie de Cressier: le grand nettoyage

A Cressier, la dernière raffinerie de Suisse vient de réaliser d’importants travaux de maintenance. Elle a ouvert ses portes à Bilan pendant que les équipes s’affairaient.

Crédits: Photos: Guillaume Perret/Lundi13

Environ 8000 tonnes de pétrole par jour: c’est ce que produit la raffinerie de Cressier (NE) en temps normal. D’où un grand manque à gagner quotidien lorsque les installations sont arrêtées, comme en mai et juin 2021. Tout le site a subi un arrêt de maintenance durant plus de six semaines. Les équipes se sont relayées jour et nuit pour nettoyer les tuyaux et changer des pièces. Une opération d’une telle ampleur survient tous les six ans environ et mobilise près d’un millier de personnes.

Le principe du raffinage est relativement similaire partout. Le site de Cressier, appartenant à VARO Energy, utilise principalement de la distillation et du craquage thermique. Plongée.

1. 

Le pétrole brut est chauffé dans des fours. Ses composants sont ensuite séparés dans des colonnes de distillation: les hydrocarbures lourds restent en bas de colonne, à l’inverse des légers.

2. 

Le pétrole brut arrive de Marseille via un oléoduc. Pour distribuer le produit, la raffinerie de Cressier dispose également d’une gare ferroviaire. Sur site, de nombreux tuyaux acheminent les hydrocarbures.

3. 

Les colonnes de distillation sont essentielles au bon fonctionnement du site. Lors des arrêts de maintenance, les ouvriers les ouvrent et les inspectent complètement, de haut en bas.

4. 

Avec leurs diamètres parfois impressionnants, les échangeurs de chaleur permettent d’optimiser le chauffage du pétrole en cours de processus. Leur nettoyage et leur inspection nécessitent des moyens humains et techniques importants.

5. 

La raffinerie de Cressier emploie environ 270 collaborateurs. En période d’arrêt, un milier de personnes vient y travailler, dans différents corps de métier. Les mesures de sécurité en place sont très strictes - encore plus avec le Covid-19.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."