Bilan

Quinze cantons sur 23 présentent des budgets déficitaires

Les perspectives financières des cantons sont en demi-teintes. Sur 23 budgets cantonaux publiés jusqu'ici (sur 26), quinze sont dans le rouge.

En Suisse romande, Vaud enregistre son 10e exercice dans le noir et le Valais comme Fribourg retrouvent des couleurs. A l'inverse Genève et le Tessin plongent dans le rouge tandis que le Jura et Neuchâtel restent dans les déficits.

Crédits: Keystone

Les perspectives financières des cantons sont en demi-teintes. Sur 23 budgets cantonaux publiés jusqu'ici (sur 26), quinze sont dans le rouge. Berne sort enfin la tête de l'eau tandis que Genève plonge.

Globalement, la situation s'est péjorée depuis l'an dernier, a dit à l'ats Peter Hegglin, le président de la Conférence des directeurs cantonaux des finances (CDF). Et la situation devrait rester tendue.

En Suisse romande, Vaud enregistre son 10e exercice dans le noir et le Valais comme Fribourg retrouvent des couleurs. A l'inverse Genève et le Tessin plongent dans le rouge tandis que le Jura et Neuchâtel restent dans les déficits.

Genève connaît un important retournement de situation: son projet de budget 2016 affiche un déficit de 70 millions de francs. Le gouvernement envisage même de faire travailler les fonctionnaires 42 heures contre les 40 actuelles, une mesure peu goûtée par les syndicats.

Le grand argentier vaudois, Pascal Broulis, nuance les résultats de Genève et Berne. Genève est un important contributeur à la péréquation financière tandis que le canton de Berne en profite largement, rappelle-t-il.

Vaud continue d'engranger les excédents, et prévoit 1,4 million de francs pour 2016 contre 26,2 en 2015. "On sent un ralentissement", a relevé le conseiller d'Etat. Quant à l'impôt à la source, il a diminué de 3,7%, signe de l'impact de la votation du 9 février sur les emplois.

POIDS DE DÉCISIONS DÉMOCRATIQUES

Le Vaudois estime que les finances publiques paient le prix de nombreuses décisions démocratiques, comme celle du 9 février, qui crée un climat de forte incertitude. La décision de la Banque nationale suisse (BNS) en janvier dernier pèse aussi de tout son poids.

Et de fustiger la gauche de lancer à tour de bras des initiatives (Minder, 1:12, salaire minimum, forfaits fiscaux, etc.), qui n'incitent les entreprises ni à venir ni à rester. Pour le Vaudois, la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) est une des réponses aux difficultés actuelles.

A Fribourg, le canton prévoit un bénéfice d'un demi-million de francs. L'exercice n'est équilibré qu'au prix de restrictions, qui ont permis d'améliorer de plus de 150 millions la prévision initiale.

En Valais, les dépenses sont aussi dans le collimateur du gouvernement. Il enregistre un excédent de revenus de 36,3 millions de francs. Mais les découverts de 2013 et 2014 doivent encore être amortis l'an prochain et en 2017, comme c'était déjà le cas en 2015.

Neuchâtel continue de boire la tasse et le Jura bataille. Neuchâtel boucle sur un déficit de 11,7 millions de francs. Il enregistre une diminution de recettes de la péréquation fédérale (RPT) de près de 25 millions de francs par rapport au budget 2015. Les recettes fiscales des personnes morales affichent elles un recul de 15 millions.

AUSTÉRITÉ: MAÎTRE-MOT

Le budget 2016 du canton du Jura boucle sur un déficit de 6,9 millions. Le gouvernement estime que l'exercice budgétaire sera vraisemblablement encore très difficile durant les prochaines années. Face à cette évolution, il va poursuivre sa politique d'austérité.

Le Tessin présente un déficit colossal de 87,9 millions de francs. Plusieurs mesures d'assainissement sont prévues dès avril prochain afin qu'en 2017, les pertes ne dépassent pas 45 millions de francs. L'équilibre financier doit être atteint avant la fin de la législature en avril 2019.

Parmi les cantons alémaniques, cinq tirent leur épingle du jeu. Les finances bernoises retrouvent enfin la stabilité. Le gouvernement table sur des excédents pour les trois exercices à venir. A l'origine de ce retournement, les effets d'un plan d'austérité mis en place dès 2013 et des rentrées fiscales supplémentaires.

L'autre grand canton suisse, Zurich, renoue aussi avec les chiffres noirs avec un excédent prévu de 10 millions de francs. Toutefois si aucune mesure n'est prise, les déficits cumulés entre 2017 et 2019 risquent d'atteindre 800 millions. Pour atteindre un équilibre, il faudrait alléger le budget de 1,8 milliard de francs sur quatre ans.

Argovie, Appenzell Rhodes-Extérieures et Uri sont aussi optimistes pour l'an prochain, même s'ils se serrent la ceinture. Argovie prévoit 100'000 francs de bonus, mais couplé avec des économies de l'ordre de 100 millions de francs.

Appenzell annonce 10,9 millions dans le noir et Uri 400'000 francs. Mais là encore, l'austérité est au menu.

Suivent onze cantons alémaniques qui n'atteignent pas l'équilibre. Zoug reste empêtré dans les chiffres rouges. Il prévoit un déficit de 26,3 millions, puise pour 150 millions de francs dans ses réserves et n'exclut plus d'augmenter les impôts, un tabou jusqu'ici dans ce paradis fiscal.

L'impôt, un moyen comme un autre

"La question de l'impôt ne devrait pas être idéologique", a relevé Peter Hegglin, le président de la CDF. Il s'agit d'une option parmi d'autres, dont il faut user "raisonnablement" pour retrouver l'équilibre.

Bâle-Ville annonce un bénéfice de 85,8 mio (en réalité un déficit de 932,1 mio avec la réforme de la caisse de pension) et des problèmes avec sa caisse de pension, Bâle-Campagne, un déficit qui a doublé à 60,5 mio, Soleure - 58,2 mio, Schwyz - 53,7 mio, St-Gall - 33,7 mio, Schaffhouse - 19,2 mio, Glaris - 12,8 mio, Thurgovie - 7,8 mio, Obwald - 7,3 mio et Nidwald - 2,6 mio.

Les derniers budgets manquants des Grisons, d'Appenzell Rhodes-Intérieures et de Lucerne seront connus dans les prochaines semaines.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."